Aménagements autour du projet du « Pré de l’Ouvière »

10 novembre 2018 : 
Quand nous posons par écrit la question de savoir :
Pour quelle raison les Fuvelains riverains et le CIQ n’ont pas été prévenus du choix pour le parking public d’une excavation de 2 à 3 mètres par rapport au niveau naturel du terrain (Sans compter le bassin de rétention)Une étude des sols avait-elle été réalisée ?
– Si la présence de pierres en sous-sol était connue ? Pour quelle raison les Fuvelains riverains et le CIQ n’ont pas été prévenus de l’utilisation d’un brise- roche pendant plusieurs mois ?
Mme le maire nous répond avec un certain agacement, que nous comprenons, mais en vérité nous n’avons jamais eu accès à un plan en coupe, qui nous aurait permis d’avoir cette information.

Texte intégral du document PUP-Pré de l’Ouvière :
Préambule : 
Faute d’avoir eu accès à un permis d’aménager, promis (lire le courrier correspondant, point 1) mais jamais publié, il aura fallu, pour pouvoir prendre enfin connaissance du dossier officiel « PUP-Pré de l’Ouvière », attendre le 30 juillet 2018, que le permis de construire du projet immobilier soit rendu public, pour le découvrir en document annexe, soit un mois après le démarrage des travaux dans le champ.

Les travaux ont effectivement commencé le 2 juillet 2018, pour la suite : Voir aménageurs en action. 
Dernière Minute: Des géomètres rencontrés sur le terrain dans la semaine par des riverains semblaient dire que les travaux commenceraient au plus tard le vendredi 22 juin 2018.

Maîtrise d’ouvrage du chantier :

Perdue en janvier 2018 au profit de la métropole, la commune récupère officiellement, mais temporairement la maîtrise d’ouvrage, pour la réalisation des réseaux humides ( Pluvial et eaux usées) du site de » l’Ouvière – Chemin de Saint-François » (PUP), grâce à la signature d’une convention avec la métropole votée en conseil de métropole le 17 mai 2018 et adoptée en conseil municipal de Fuveau le 28 mai 2018. Ceci explique peut-être cela, le démarrage du chantier promis début janvier et toujours en attente à aujourd’hui. (Lire l’extrait du conseil municipal du 28 mai 2018)
Ceci amène deux remarques:
– La perte de la maîtrise d’ouvrage n’a pas empêché les services de l’urbanisme de Fuveau de déposer un dossier faux à la DDTM pour un exutoire pluvial (Petit vallat) que les riverains contestent.
– La maîtrise d’ouvrage accordée est temporaire, jusqu’en 2020. Cela sera-t-il suffisant pour terminer les travaux, ou risquons-nous de changer de nouveau de maîtrise d’ouvrage en cours de chantier, avec toutes les complications et retards que l’on peut  facilement imaginer ?

Derniers échanges de courriers avant le début des travaux
Plan de la première tranche de travaux dans le cadre du PUP (Parking et voiries)

Suite à notre courrier du 20/10/2017 (Lire notre courrier) , les dernières informations délivrées par Mme le Maire le 27 novembre 2017, par écrit  :
– Le permis d’aménager n’a pas encore été délivré. Il sera consultable dès que la commune aura pris une décision.
– L’interlocuteur du chantier sera le directeur des services techniques.
– Mme le Maire et son équipe nous informe qu’ils sont très attachés à préserver notre cadre de vie et qu’ils veillent à intégrer systématiquement les équipements structurants dans notre environnement. A ce titre le bureau d’étude a été sensibilisé à l’obligation de préserver les chênes.Cela sera aussi notifié à l’entreprise désignée (Ste Malet) et rappelé au chef de chantier dés la première réunion technique.
– A priori aucun état des lieux contradictoire n’est prévu.
– Les équipes de la commune travaillent depuis plusieurs mois sur le calendrier de chacune des phases des différents projets qui devraient démarrer en 2018 sur le secteur de l’Ouvière. Les accès chantier, l’approvisionnement, les contraintes de l’environnement immédiat, la sécurité et la coordination de l’ensemble sont étudiés.
– Des informations sur l’évolution des chantiers, seront disponibles régulièrement sur le site internet de la mairie.
– Mme le maire nous assure :
a) Qu’elle a donné des instructions très précises et très strictes à ses services pour que toutes les précautions soient prises.
b) Qu’un suivi quotidien sera assuré et qu’un retour sur le suivi de ces chantiers, lui sera fait régulièrement.
Nous prenons bonne note de ces propos rassurants, en espérant qu’ils se confirment à l’épreuve des faits.

Aménagements

Réunion d’information et de concertation Mairie / CIQ du 7 avril 2017:
Salle du conseil municipal, sur les aménagements voiries, parkings, et réseaux autour du groupe scolaire et du complexe sportif, en relation avec le projet immobilier du « Pré de l’Ouvière ».
Présents :
Coté Mairie
, Mme Le maire, les principaux adjoints concernés, le responsable des services techniques, la directrice générale des services.
Coté CIQ, l’ensemble du conseil d’administration et le président de L’ADRUQSF (Association de Défense des riverains et usagers du quartier) .
Egalement présents Bernard Ceretti du Bureau d’étude et M. Sinan Havsali représentant le bureau d’étude HORIZON CONSEIL.

La réunion débute par l’intervention M. Havsali  autour des résultats de son étude sur l’organisation des déplacements (automobiles et piétons), les mesures du trafic, les flux, le recensement des stationnements existants, l’évaluation des besoins futurs qui justifieront ensuite les solutions proposées.
Places de parking prévues dans le Projet Immobilier : Foyer logement sénior 37 places, logements sociaux 24 places, logements en accession à la propriété 36 places, terrain Campillo 24 places.
Un intervenant du CIQ fait remarquer que pour 2 places de parking par appartement, il s’agit en réalité d’un garage d’une place et d’une place de parking. Or les garages sont souvent transformés en atelier, débarras, ou extension à usages divers.
A cela, l’adjoint à l’urbanisme rétorque que les bailleurs sociaux feront respecter le règlement des logements sociaux (qu’une petite partie du par locatif NDLR) qui impose l’utilisation du garage comme parking d’un véhicule.

Les chiffres pris en compte pour l’étude, correspondent-elles au besoin réel de places nécessaires dans les voiries du projet immobilier ? 

  • Flux : L’étude de la circulation (Av Guérin Marchi, Chemin de Saint-François, Impasse de Saint-François) a été réalisée sur une durée d’une semaine et a recensé dans les deux sens, 2000 véhicules/jour devant la maternelle, et 750 véhicules/jour devant le « Pré de l’Ouvière ». M. Havsali affirme que le chemin de Saint-François pourrait supporter jusqu’à 15000 Véhicules/jour !
    Cela signifierait-il qu’il reste de la marge pour une augmentation importante de la circulation sans modification significative de la voirie, alors que le croisement entre une voiture et un poids lourd est impossible sur la portion étroite de cette voie (Vers la RD 96) ?
  • Mesures : Un premier pic de circulation sur un laps de temps assez court, de 200 véhicules/heure est enregistré sur le chemin de Saint-François le matin autour de 8h dans chaque sens, correspondant au dépôt rapide des enfants à l’école avant d’aller travailler. A partir de 9h et dans la journée la circulation observée est en moyenne de 40 à 50 véhicules/heure. Un deuxième pic plus étalé est enregistré en fin d’après-midi entre 16h et 17h correspondant à la sortie des écoles. Il n’est pas fait état du bouchon qui se crée chaque jour à cette heure-là, entre le groupe scolaire et le rond-point de la pharmacie.
  • Stationnements : Le recensement des places de stationnement existant autour du groupe scolaire aboutit à un total de 98 places dont 58 places coté école maternelle (estimé suffisant) et 40 places, coté école élémentaire (besoin estimé : 98 places). Il est n’est pas fait état d’un besoin estimé de places de parking pour le Tennis Club, ni pour le complexe sportif.               

La population supplémentaire, liée au projet immobilier du pré de l’Ouvière est estimée à 165 nouveaux habitants dans le quartier ayant besoin de se déplacer. Sur la base de 3,5 déplacements en voiture/jour (chiffre moyen estimé dans ce type d’habitat), cela générera 335 déplacements en voiture/jour. S’il est tenu compte des pratiques de co-voiturage ce chiffre peut être ramené à 280 déplacements en voiture/jour supplémentaires dans le quartier.
D’après cet ensemble d’estimations, il est envisagé une augmentation de la circulation sur le chemin de Saint-François de +10% de trafic en direction du village et de +11% de trafic coté accès D96, augmentation selon M. Havsali, tout à fait absorbable par la voirie existante.
On rappellera cependant, le bouchon déjà existant chaque soir, entre le groupe scolaire et le rond-point du Général De Gaulle et la mauvaise visibilité, en arrivant sur le « céder le passage ».

  • Les résultats de cette étude aboutissent à la création d’un parking de 103 places en lisière du Domaine de Saint-François, avec quelques places supplémentaires dans l’impasse de Saint-François (devant l’entrée du Domaine, coté parking), de 30 places de parking le long du chemin de Saint-François, entre le N°69  et le carrefour devant le groupe scolaire, de 9 places impasse de Saint-François, devant l’école elémentaire, présentées comme des déposes minutes, mais qui nécessitent d’effectuer des créneaux, de quelques places PMR (Personnes à mobilité réduite, obligation légale), dont 2 devant l’entrée de l’école.
    Il est proposé par le CIQ de prévoir des places « dépose minute » en épis, en mordant très peu sur l’esplanade piétonne prévue devant l’école. Cela  permettrait une fluidité plus grande et un nombre accru de places sur une même longueur.

Il annoncé également la construction d’un 2ème parking réservé aux enseignants et au personnel municipal  entre la cour de récréation de l’école maternelle, la cour de l’école primaire, et le canal de Provence, sur le futur bassin de rétention. Son accès est prévu en prolongeant la voie du parking existant en dessous la maternelle, le long du canal de Provence.

  1. L’étude ne prend pas en compte l’évolution future de l’école élementaire (actuellement 259 élèves en 2018), qui sera amenée à accueillir plus d’élèves (5 classes supprimées en 2012 à l’ouverture de la Roque Martine, 3 classes déjà rétablies depuis), le besoin de classes supplémentaires déjà identifié (possibilité d’une classe Algeco rentrée 2018), le projet de transformer le réfectoire de l’école primaire en 2 ou 3 classes nouvelles avec à terme plus de 316 élèves scolarisés (La capacité maximale atteinte en 2011/12).
  2. L’étude ne prend pas en compte les constructions en cours ou à venir sur le secteur, en plus du projet du Pré de l’Ouvière, ni la carte scolaire actuelle qui désigne l’Ouvière comme l’établissement de scolarisation d’une centaine d’enfants supplémentaires, amenés nécessairement en voiture par leurs parents en raison de l’éloignement géographique (jusqu’à 4 km), d’ici 3-4 ans, ni la probable augmentation de la fréquentation du complexe sportif avec l’apport de cette population nouvelle.
  3. L’étude réalisée sur une semaine, ne prend pas en compte non plus, certains jours de l’année ou le besoin de parking est multiplié par deux (Rencontres enseignants/parents d’élèves, concert de la chorale de l’école, kermesse de l’école, fête de fin d’année du tennis, finales des tournois, remises de récompenses de l’école de Tennis, stages au complexe sportif, fête des voisins, etc..)

Les résultats de cette étude ne prennent pas en compte l’urbanisation du secteur de la carte scolaire, notamment en lisière de la RD 96,  qui chargera davantage la fréquentation du groupe scolaire .
Les autres aménagements présentés par le bureau d’étude CERETTI et L’élu à l’urbanisme sont :

  • La création d’une piste cyclable, avenue Guérin Marchi côté droit en montant,  en emprise sur l’espace vert, jusqu’à l’entrée de l’école primaire.
  • La création d’une zone piétonne (parvis) sécurisée, devant l’entrée de l’école primaire, prolongée jusque devant l’entrée du club-house du tennis et devant l’entrée du complexe sportif avec plantation d’arbres, installation de mobilier urbain (bancs), deux accès de service avec bornes rétractables devant le tennis et le complexe sportif. Cette zone est complétée par l’aménagement d’un chemin piétonnier dans le passage déjà existant, entre le tennis et l’école primaire pour accéder au parking privé des enseignants.
  • La conservation d’un petit rond-point devant le tennis, permettant de faire demi-tour, de déposer son enfant puis de repartir.
  • La création d’un trottoir aux normes (1,40m de large) le long du chemin de Saint- François, à partir de la nouvelle voie de desserte du lotissement et du terrain Campillo, puis dans l’impasse de Saint-François et prolongation le long du parking de 103 places, avec passages piétons protégés pour accéder au complexe scolaire et sportif, et reprise de l’éclairage public.
  • La présentation du parking : Il est précisé, contrairement au plan, que deux accès et sorties seront prévus. Le plan de circulation à l’intérieur du parking n’est pas réellement abordé.
  • Présentation de la nouvelle voie de desserte : débouchant sur le chemin de Saint- François, évasée de chaque côté, et mise à niveau pour une meilleure visibilité avec positionnement d’un passage protégé pour le cheminement piéton et d’un feu rouge. Elle permettra également l’accès au terrain Campillo. Il n’est prévu aucune place de parking le long de cette voie de desserte, ni à priori aucun trottoir. Elle est conçue comme un couloir de dégagement.
  • Présentation du plan de circulation : Toutes les voiries du projet restent à double sens.
    Le CIQ émet des réserves sur les accès au parking susceptibles de bloquer la circulation de la desserte, sur le risque de stationnement sauvage de part et d’autre de la voie de desserte  et sur le risque de couloir aveugle en l’absence d’aménagement le long de cette desserte.
  • Par contre il est confirmé que le terrain vague (bute en triangle boisée) situé à gauche de l’entrée du Domaine Saint-François, n’est pas intégré au projet d’aménagement, il accueille des containers à ordures, un transformateur et restera à priori tel quel.

Aménagement annexe présenté :  Classes  supplémentaires et nouveau réfectoire          Suite au projet de destruction du réfectoire de l’école Élémentaire (pour créer des classes supplémentaires), il est prévu en remplacement la construction d’un nouveau réfectoire commun à la maternelle et à l’école Élémentaire dans la cour de la maternelle, à proximité du futur parking enseignant, le long de chemin piéton qui sépare les deux cours d’école.

Le réseau du « tout à l’égout  » :                                                                                                                          Le raccordement prévu d’une dizaine de riverains, suite à leur demande, est à nouveau confirmé. L’ensemble du réseau eaux usées du projet sera raccordé au réseau existant au niveau du tennis club.
Un représentant du CIQ fait remarquer que depuis 2010 avec la construction du complexe sportif, il est apparu un problème récurrent d’égouts bouchés qui provoquent des refoulements d’eaux usées dans les toilettes du complexe sportif. Le dernier problème en date remonte à octobre 2016. Comme à chaque fois les services techniques sont venus. Cependant la cause de ces bouchons à répétition n’a toujours pas été identifié. Dans ces conditions, il est difficile d’imaginer qu’il soit possible de raccorder à ce réseau 200 habitants supplémentaires, voir plus.

Le réseau pluvial :
Pour le pluvial du chemin de St François, respectant la pente naturelle du terrain, il est actuellement collecté dans une canalisation descendant le long, en contre bas du chemin de St-François. Il continue dans le champ au niveau du virage devant l’école primaire, puis se poursuit dans une buse sous les entrées du parking en terre battue « provisoire depuis 2010 ». Ensuite il se jette dans la grille avaloir située sur la place aux pieds du bosquet de chênes centenaires (en face l’entrée du tennis) ou il rejoint le réseau souterrain vers l’aval.

Il est normalement prévu deux bassins de rétention, un sous le parking enseignants, le second sous un parking public en lisière du Domaine St-François.
Par contre, Il est envisagé d’inverser la pente de la canalisation, le long du champ, pour pouvoir ramener à l’entrée de la future voie d’accès au terrain Campillo, toute l’eau collectée du chemin de St François, puis d’envoyer cette eau en bas du terrain Campillo dans le ruisseau du « Petit Vallat » (voir le plan du ruisseau). Créer une contre pente, vu le dénivelé à rattraper, nécessitera sans doute faire une tranchée profonde pour enterrer la canalisation, ce qui va s’avérer très coûteux.

Ruisseau et berges inondables entre Les Résidences de la Bégude, le terrain Campillo et le Domaine St François

Un membre du CIQ est intervenu pour préciser que ce ruisseau va de toute façon déjà récolter en plus, le pluvial des toitures et des voiries du futur lotissement Campillo. Les riverains savent par expérience que certaines maisons en bordure du petit Vallat ont déjà connu des problèmes d’inondations. L’augmentation de la quantité d’eau accroît le risque d’érosion dans les coudes et de dépôts de sédiments dans les zones de faible pente, et donc augmente les risques de débordement.
Le bureau d’étude, a-t-il évalué la quantité d’eau en cas de fortes pluies, et vérifié quelle pouvait être absorbée par ce ruisseau ? A-t-il vérifié son calibrage, jusqu’en bas et la mairie (puis la Métropole) va-elle en assurer l’entretien, jusqu’ alors assuré par le lotissement des « Résidences de la Bégude » ?
A ce stade les informations communiquées par la commune sur le réseau pluvial envisagé pour l’ensemble du projet semblent bien sommaires et insuffisantes pour rassurer les riverains, au contraire !

Enfin, concernant les études complémentaires, rendues obligatoires par le classement en zone à faible risque d’affaissement, au titre des aléas résiduels miniers,  il nous est assuré que les promoteurs immobiliers se chargeront de les faire réaliser dans le cadre de la constitution de leur dossier de dépôt de permis de construire.

Conclusions:
A l’issue de cette réunion, ayant pris acte des  réalisations présentées, le CIQ re-précise , de façon synthétique, les remarques  faites à cette occasion et les souhaits formulés.
–  Dépose minute face à l’école :  en épis sur au moins l’un des deux côtés pour éviter les manœuvres en créneau et permettre une capacité d’arrêt un peu plus importante.
–  Parking public : entrées et issues différentes, mieux étudiées comme cela a été annoncé (il n’y en avait qu’une seule sur le croquis présenté).
–  Voie de desserte dans le « Pré de l’Ouvière » : bords de voie à aménager en évitant l’effet de couloir aveugle.
–  Collecte des eaux de pluie en bas du terrain Campillo :  attention  attirée sur des inondations récurrentes dans des propriétés jouxtant le ruisseau (Petit Vallat), en bordure des « Résidences de la Bégude », du « Domaine St-François », plus bas encore, impasse de la casserole…ou le terrain du futur lotissement,
–  Réserves sur raccordement au réseau égout tennis/complexe sportif sans mise à niveau du réseau existant
–  Chemin de Saint-François avant d’arriver au carrefour  RD 96 : tournant rétréci et impossibilité pour un véhicule de croiser (sans s’arrêter) un poids lourd (que ce soit un car ou un camion, obligé de franchir la ligne continue).

Par ailleurs, nous insistons sur la nécessité  d’un éclairage sur cette portion de voie avec l’accroissement du nombre des collégiens qui l’emprunteront, du bus scolaire (sur la RD 96) à leur domicile du « Pré de l’Ouvière ».
Enfin, le CIQ rappelle la nécessité de revoir la carte scolaire et d’anticiper les besoins en accueil avec les constructions en cours de réalisation ou prévues dans ce secteur dont l’urbanisation s’intensifie.