Tous les articles par jlarvieu

56E – Les jardins du repos – Cimetière de Fuveau

Le Lotissement « Les Jardins du Repos »

Sortie lotissement « Les Jardins du Repos », débouché dangereux sur la RD 56E

Septembre 2019 : Tandis que toutes les villas sont construites et habitées, qu’un va et vient quotidien de véhicules emprunte l’accès au lotissement, celui-ci n’est pas mieux signalé, ni mieux sécurisé qu’avant.
Le président de l’ASL du lotissement a pris des contacts avec Mme le maire et la police municipale. Il a présenté une demande avec plusieurs propositions :

  • Dos d’âne avant l’entrée du lotissement. Refusé, motif « hors commune »
  • Limitation de vitesse. Refusé, motif « hors commune »
  • Avancer le panneau d’agglomération. Refusé : impensable
  • Signaler l’entrée du Lotissement par une paire de balise. Accepté sur le principe, mais rien de plus n’a été fait à ce jour

Le CIQ, Interrogé sur la question a du répondre que comme actuellement, la RD 56E n’est pas situé en agglomération, c’est le Conseil Départemental qui est compétent. En conséquence :

  • Il ne mettra pas de ralentisseur.
  • Il peut mettre une limitation de vitesse, mais il y a peu de chances, car ce sera jugé peu efficace surtout à proximité du giratoire.
  • Il peut aussi mettre des poteaux « Balises J3 » qui signalent l’intersection, mais a priori c’est réservé aux voies publiques et non aux entrées de lotissement.
  • La demande est à faire au Conseil Départemental, Hôtel du département 52 avenue de Saint-Just 13256 Marseille Cedex 20. A Suivre …
Villas en construction en bordure de la RD 56E

Novembre 2017 :  Au fur et à mesure que les permis de construire sont accordés les constructions avancent bon train.

Il est situé entre la RD 56E et le chemin du Cros du Pont, juste avant le nouveau rond-point du cimetière en allant vers le village de Fuveau.

Le permis d’aménager avait été déposé et obtenu en 2015. Il prévoit la création de 10 lots viabilisés pour 10 villas individuelles avec des terrains allant 450 m² à 900 m² sur une surface totale de 9714 m².

Les terrains sont maintenant viabilisés et les voiries internes terminées. les constructions vont pouvoir commencer. Deux permis de construire sont déjà affichés.
Attention à la sortie, au débouché dangereux à angle droit sur la RD 56E avec très peu de visibilité et des véhicules qui arrivent à 90 km/h. A noter l’absence de balise de croisement, du moins durant le chantier.

Lotissement privé, sur la RD 56E au printemps 2017 :

Chemin piéton d’accès au lotissement à partir
du rond-point du cimetière

Accès piéton au lotissement le long de la RD 56E, un chemin de caillasses a été bricolé à la va-vite. A deux pas de là, des trottoirs tout neufs ont été réalisés pour aller au cimetière. Mais rien n’a été fait pour les nouveaux habitants (10 constructions, juste avant le cimetière en allant vers Fuveau)

Nouveau lotissement privé de quatre villas au rond point du cimetière

Pancartes des promoteurs immobiliers au rond point du cimetière

1er Septembre 2019 : Un deuxième lotissement fait son apparition sur le terrain situé entre les jardins partagés et le parking du cimetière : 4 lots sont proposés, d’une surface comprise entre 350 m² et 400 m² avec vue sur le cimetière et le parking et le rond point du cimetière. L’accès à ce terrain, tel que le laisse supposer l’emplacement actuel de l’ouverture dans le grillage qui l’entoure, pourrait poser problème aux « Jardins Partagés ».

  • Terrain constructible à lotir à côté des jardins partagés.
  • Pancartes des promoteurs immobiliers au rond point du cimetière
Terrain constructible à lotir entre les jardins partagés et le cimetière.

Accotement en bordure de la RD 56 E

18 juin 2019 : Le projet d’accotement en bordure de la RD 56 E revient sur le devant de l’actualité.
Il en avait été question lors du projet de rond-point entrée de ville/cimetière, et par la suite à la création des jardins partagés. Depuis il était considéré comme abandonné, la commune ayant même accepté de concéder aux jardins partagés le cabanon qui jusque là était bloqué pour le Département. Ce projet resurgit avec la réception toute récente, par les propriétaires habitants en bordure de la RD 56 E, coté village, d’un courrier du Département.

Accotement revétu prévu coté gauche de la voirie

Consultée sur le sujet, il est bien confirmé en Mairie, qu’effectivement le Département des Bouches du Rhône a décidé de créer un accotement revêtu sur la RD 56E en relation les nouveaux déplacements en mode doux (marche, vélo, etc)… , dans la ligne droite entre le carrefour giratoire du cimetière et la RD 96 ou les véhicules circulent à 80 kms/h et plus, sans séparation avec la chaussée. Les travaux devraient débuter en 2020. La Mairie indique qu’elle avait demandé un aménagement plus complet, mais la Direction des Routes et des Ports s’en tiendra à cet accotement.

Commentaire CIQ : Le CIQ regrette de ne pas avoir été informé de ce revirement et l’absence totale de concertation sur ce genre de projet particulièrement accidentogène. Aucune protection vis à vis des véhicules n’est prévue pour les piétons ( La commune refuse des faire des trottoirs) et les cyclistes (pas de séparation prévue avec la voirie auto & camions) qui l’emprunteront .

Pour réaliser ce projet le Département va se trouver obligé de racheter à certains propriétaires des petits bouts de terrain en bordure de la route. Il serait prévu de proposer une indemnité de 140,00 Euros par m2 de terrain. Pour plus d’information contacter la Direction des Routes et des Ports (Ex-DDR). Hôtel du département – 52, avenue de Saint-Just – 13256 Marseille cedex 20 – tel : 04 13 31 54 05

De son coté, parallèlement à ce projet, la municipalité n’envisage pas de profiter de ces travaux pour prolonger le réseau du tout à l’égout le long de la portion de route concernée, contrairement aux souhaits de certains riverains.

Episodes pluvieux & Inondations en 2019

Pluies abondantes du 22 et 23 novembre 2019 :
Quelques illustrations dans le quartier

Cliquer dessus pour les voir en grand

Sortie du nouveau parking public en mode piscine !
Le torrent qui descend le long de la voie transversale vient buter contre le ralentisseur

Arrêté de catastrophe naturelle « inondation »

Inondations et coulées de boues du 22 au 23 octobre 2019.

Suite au pluies torrentielles survenues du 22 au 23 octobre 2019 sur Fuveau, la Commune informe qu’un Arrêté interministériel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été établi en date du 30 octobre 2019, avec parution au Journal Officiel le 31 octobre 2019, concernant un certain nombre de commune des Bouches du Rhone, ainsi que la commune de Fuveau, et donc aussi notre quartier.
Cet état de catastrophe naturelle est reconnu pour le risque « Inondations et coulées de boues » du 22 au 23 octobre 2019. Lire L’Arrêté de Catastrophe-Inondations-intégral

Comme d’habitude les habitants concernés disposent seulement d’un délai de 10 jours à compter de la date de parution de l’arrêté au Journal Officiel pour déposer leur déclaration auprès de leur compagnie d’assurance.

Certains auront peut-être été surpris par la rapidité avec laquelle cet arrêté de « Catastrophe naturelle – Inondation » aura été publié.
Les arrêtés de « Catastrophe naturelle-Sécheresse » le sont eux généralement avec un an de décalage.

Réunion Annuelle de la Coordination des CIQ de Fuveau 2019

Elle s’est tenue le 04 octobre 2019 –  de 18 h à 21 H – Maison des Associations, en présence de sept CIQ présents ou représentés.

Résumé des principaux thèmes abordés

1) Nouveau CIQ, le CIQ « LAFOUX les Rajols » :
Ce C.I.Q. a été effectivement créé avant l’été 2019, et déclaré en Préfecture
Mr Alain Pelegrin qui a déjà rencontré son Président Mr CREUS David propose que la Coordination des CIQ le rencontre.

2) Réactivation du CIQ Sainte-Victoire :
Ce CIQ est en sommeil depuis trois ans (Pas de mise à jour des documents officiels en
Préfecture, Pas d’A.G., pas de participation à aucune réunion).
Sa présidente, Mme Amphoux ayant exprimé le vœu de dissoudre cette association.
Les deux émissaires de la coordination des CIQ, ont proposé à l’ancien président leur aide pour une distribution de flyers qui pourrait être faite, et une Assemblée Générale réunissant des habitants du quartier qui pourrait avoir lieu au printemps.
Si vraiment il n’y avait pas de possibilité pour cette réactivation, il a été évoqué la
possibilité de fusionner ce quartier avec un CIQ limitrophe comme le CIQ St François,
par exemple.

Le stand des CIQ

3) Compte Rendu du Stand au Forum des Associations le 7 septembre dernier :
On aura noté beaucoup de monde dans les allées du Forum, en dépit de son
déménagement dans la cours de l’école du 14 juillet. De nombreux bénévoles des CIQ
(11 au total) ont participé à cet événement pour animer le stand tout au long de la
journée (Mention particulière au CIQ Saint-François).
La banderole prêtée par le CIQ Saint-François pour décorer le stand semble non
adaptée à représenter l’ensemble des CIQ. Il est donc envisagé d’en faire imprimer une
spécifique.

4) La Cavalcade de la Saint-Eloi :
La participation à cette manifestation avait été proposée à toutes les associations de
Fuveau. A savoir, réaliser un char, aux couleurs de l’association, et défiler dans le
village. Les CIQ ont décliné cette proposition et n’ont pas participé cette année pour
différentes raisons. L’année prochaine ? La porte n’est pas fermée.

5) Sécheresse et grêle ; procédure à suivre pour le dédommagement des dégâts
Sécheresses : L’arrêté d’état de catastrophe naturelle étant paru le 9 août 2019, les
déclarations de dégâts dus à la sécheresse étaient à transmettre aux assurances avant
le 19 août 2019 (délais de 10 jours à partir de la publication au journal officiel). Mais
de nombreux habitants étaient en congé à cette période avec le week-end du 15 août
au milieu en plus.
L’information avait été donnée sur le site web du CIQ Saint-François, et sur les
panneaux lumineux municipaux, par le service Communication de la Mairie. Et/ou
certains, comme le CIQ Soleil Levant ont informé par email leurs adhérents.
Grêle : Les dégâts ne sont pas considérés comme catastrophe naturelle, mais sont pris
en charge par les assurances sur présentation d’une attestation météo validée par la
Mairie. Le document est téléchargeable sur le .site de la Mairie

6) Brûlage des déchets verts issus d’opérations de débroussaillement :
Interdits de façon générale pour les particuliers, ils sont en réalité autorisés du 1er
octobre au 31 mai, dans des conditions bien précises, grâce à l’imprimé communal crée
le 27 février 2018.
Une déclaration préalable de brûlage des végétaux issus des OLD (Obligation Légale de
Débroussaillement) est à effectuer auprès des Services municipaux.
Trouvant cette possibilité pratique, il est proposé de la faire figurer sur le site des CIQ.
Cependant il n’est pas certain que ce soit l’idéal pour la couche d’ozone et le
réchauffement climatique. La transformation en broyat, le compostage ou le dépôt en
déchetterie des déchets verts sont beaucoup mieux appropriés pour respecter la
qualité de l’air.

Le dimanche, Avenue Alexandre Philip, coté avenue Maréchal Leclerc

7) Présence avéré de rongeurs indélicats aux abords des containers et dans les
jardins :
On déplore le fait que les containers à ordures restent trop souvent remplis, en
particulier le week-end, et que les déchets ménagers entreposés près des containers,
attirent les rats dans le village et dans les quartiers environnants (Chemin de masse,
Avenue Alexandre Philip, secteur des bassins, quartier Saint-Michel et vers le Vallat).

Rongeur indélicat qui se promène à l’extérieur du piège

Récemment les Services Techniques, alertés par une habitante, sont venus sur place,
évaluer la situation, sans que ce soit suivi d’action. Depuis la plaignante a installé des
pièges qui s’avèrent inefficaces et tenté de prendre des photos des rongeurs pour
appuyer sa demande. Mais celles réalisées sont floues. Tandis que les témoignages se
multiplient, si un dossier peut être constitué, il sera transmis aux Services Techniques
avec une nouvelle demande d’intervention.

8) Invitation de L’Association « Fuveau Demain » à rencontrer les CIQ :
Cette association issue d’élus de la minorité municipale présentera une liste de
candidats aux élections municipales de mars 2020.
Elle a exprimé récemment le souhait auprès d’un représentant de la coordination de
rencontrer les CIQ de Fuveau, rencontres dont les modalités restaient à préciser.
Les responsables de l’association « Fuveau Demain » affichent par avance une
transparence de ses intentions et des réponses apportées.
Après avoir réfléchi collectivement à cette question, il est proposé comme
solution de collecter un panel de questions à poser aux différentes listes candidates à
cette élection.

Document original signé le 29 février 2016, insuffisamment respectée

9) Retour sur les relations Mairie/CIQ :
La Charte signée par les CIQ en 2016 encadre les relations entre les CIQ et la Mairie. Il
est à déplorer que ces relations sont problématiques. Les CIQ de Fuveau réitèrent le
souhait de voir la Charte Mairie/CIQ, mieux respectée. Il faudra éventuellement
envisager de mettre en avant le schéma suivant avec la future équipe municipale :
 Information,
 Consultation,
 Concertation,
 Co-Construction dans la mesure du possible, car dans ce cas il y a une
responsabilité commune !
L’idée d’un budget participatif qui existe déjà dans d’autres communes est exposée.
Il s’agit d’une réserve budgétaire faite par la Mairie et allouée à des projets dit
prioritaires émis par des CIQ d’une commune. Alain Pèlegrin propose également que
la Mairie crée un conseil de participation citoyenne. Ce Conseil pourrait répondre à des
questions que se pose la Mairie sur le bien être des habitants (mobilité, urbanisme,
déchets, voirie etc…) mais aussi étudier et proposer des sujets, les présenter afin qu’ils
puissent être pris en charge par la Mairie. Bien sûr, ces dossiers seraient en relation et
conformes avec les statuts et l’éthique des C.I.Q.

Le compteur controversé

10) Déploiement du Compteur électrique « Linky » :
Certaines communes ont pris une décision unilatérale de refus d’installation des
compteurs Linky pour protéger leurs administrés.
A Fuveau Le CIQ Saint-François avait demandé par écrit à la Mairie sa position sur ces
installations. Pour réponse officielle la Mairie s’est retranché derrière le discours
d’Enédis sans exprimer de position propre.
Le sujet est vaste, et l’on entend tout et son contraire, alors que le distributeur
d’électricité n’est toujours pas en mesure d’apporter des garanties suffisantes en terme
de santé publique, comme de satisfaction des usagers. Par contre Enédis fait circuler
les menaces suivantes :
– En cas de refus, le relevé du compteur serait plus cher
– le compteur Linky serait payant si le compteur actuel tombe en panne.
A charge, Il faut noter une dangerosité de la 5G, le fait que des personnes sont électrosensibles à ces compteurs, un numéro de Point de Livraison facilement accessible,
pouvant faire courir un risque à l’usager. Le débat n’est pas clos.
Les compteurs Linky devraient être installés en 2020 sur l’ensemble de la commune
(déjà installés dans le secteur de Saint-Charles).

Plan du contournement de la Barque

11) Contournement du Hameau de La Barque :
Mr Féréoux, Vice- président du CIQ « La Barque », expose l’avancée du dossier.
Des sondages pour la mise en place de piliers de pont sont réalisés dans la zone du
Pont de Bachasson, et des Bastidons.
La première tranche de travaux concernera le rond-point de Bachasson (entrée de
l’autoroute A8), la deuxième tranche, une voie d’accès aux riverains, parallèle à la CD6,
entre La Barque et le Chemin du Hameau des Lagiers.
La fin des travaux de ce contournement a été annoncée pour 2023 par la Préfecture.
Deux réunions entre les aménageurs et les habitants ont eu lieu, l’une pour la
réhabilitation du quartier, l’autre pour des précisions quant aux travaux en cours.
Le changement d’implantation de la station essence de La Barque, qui réalise le plus
gros chiffre d’affaire du département, est hors sujet actuellement.
Concernant la ZAC de la Barque, tous les lots sont vendus. Cette ZAC vient d’être
dissoute lors du conseil municipal 23 septembre 2019 et devient publique. Sur la partie
encore libre le long de la CD 6, un projet de construction de bureaux est à l’étude
(permis de construire à l’instruction par les services de l’urbanisme).

Platane marqué pour l’abattage

12) Travaux du parking du Jeu de Boules :
Mme Colé, présidente du CIQ « Jeu de Boules Sainte-Victoire », se plaint de n’être pas
tenue au courant des travaux en cours, contrairement à ce qui avait été convenu avec
la mairie.
Les habitants regrettent cet état de fait, car voulant exprimer leur souhait de voir les
nuisances sonores (tôle métallique sur tranchée) ou atmosphériques (poussières)
nettement diminuées.
La Coordination des CIQ se charge de faire un courrier à la Mairie pour la tenue d’une
réunion d’information.
Des platanes ont été abattus dans cette zone, et le CIQ concerné n’a pas été mis au
courant.
La question se pose de savoir si ces arbres avaient une maladie, ou si le tissu racinaire
avait été endommagé par les travaux, nécessitant leur abattage.
Le rapport phytosanitaire, élaboré à la demande de la Mairie, préconise des élagages
et des abattages. Cependant ce rapport comporte de nombreuses contradictions.
L’opération, confiée à l’entreprise Dolza, doit débuter le lundi 7 octobre.
Un traitement sanitaire (comme l’a fait faire la commune de Gréasque) pouvait-il être
envisagé ? Un mail urgent, est donc envoyé, séance tenante, à la Mairie, afin de
demander de surseoir à ces travaux d’abattage.
En complement d’information, voir aussi l’article de Fuveau Demain sur le sujet

Bâtisse Vitalis, (ex bar du cours),
la partie à conserver

13) Le devenir de la Bâtisse Vitalis :
Les participants demandent quelles ont été les conclusions de la Commission, chargée
du devenir de ce bâtiment. Il est fait état du vote survenu en Conseil Municipal le 29
juillet qui a suivi les préconisations exprimées par cette Commission.
Les participants s’interrogent sur l’absence de budget voté et de permis de travaux
établi à ce jour par la commune pour la réhabilitation de cette bâtisse. En effet, une
telle réalisation devient maintenant pratiquement impossible, 6 mois avant les
élections municipales.
D’où une seconde interrogation : Pourquoi une telle précipitation dans la désignation
des futurs locataires ? Alors qu’un délais plus grand aurait peut-être permis
l’émergence d’autres projets plus aboutis, sans retarder l’opération de réhabilitation.
M. Bernard Targowla président du CIQ « les Vieux Quartiers » déplore, d’un côté le
délabrement de certains rues (Exemple rue Rondet) dans les vieux quartiers, et de
l’autre la rénovation de certaines zones, sans cohérence d’ensemble. Il déplore
également des travaux entrepris, mais non finis. Par exemple : l’enfouissement de
lignes électriques commencées mais pas terminées à l’heure actuelle.

14) La propreté, le ramassage des ordures :
En ce qui concerne la propreté du Centre ville, il est à noter que le nettoyage des rues,
dans les vieux quartiers, reste problématique. Le manque de propreté est d’autant plus
visible sur la zone refaite à neuf récemment.
Les Points d’Apport Volontaire installées sans concertation avec les habitants sont plus
nombreux, mais parfois mal situés (à côté pharmacie) ou dans des endroits peu
commodes d’accès (Nouveau parking Guérin Marchi).
Le week-end en particulier, des déchets sont posés à côté des containers lorsqu’ils sont
déjà pleins ainsi que divers encombrants. Les caméras de surveillance proposées par
les CIQ comme solution possible face aux incivilités sont prioritairement installées sur
les ronds-points et aucune vers les PAV.
Mr Jacquet (Zac Saint-Charles) souligne qu’à partir du 1er janvier 2020, dans la ZAC, le
ramassage des ordures devra être fait par une société privée, à la charge des
propriétaires et des entreprises.
Le service de ramassage des ordures ménagères (services dépendant de la Métropole)
ne s’occupera plus que des zones publiques.

La Provence 19 12 2019

15) Contentieux Mairie/SCA « Château L’arc » dans le cadre de L’opération
immobilière « Château l’Arc » :
Mr Jacquet dresse l’historique de ce dossier.
La Mairie s’oppose à ce projet de construction d’environ 138 villas au départ, pouvant
atteindre, dans les autres phases plus de 300 habitations, ce qui impliquerait une
infrastructure lourde (routes, école, parkings, etc). 1ere partie d’une procédure
judiciaire qui dure depuis des années (plans de 2002). Le tribunal administratif de
Marseille, dans son dernier jugement, vient de décider d’enjoindre la mairie à
réexaminer la demande de permis d’aménager. Dans une autre procédure la SCI
château l’Arc demande, semble-t-il, 16 millions de dommages et intérêts à la
commune ! Cette demande parait irréaliste et peu fondée, si ce n’est pour effrayer !
Les riverains sont également opposés à ce projet et notamment à la réalisation d’une
voie de 8m de large, parallèle au chemin de Castellas.
Une Association de défense des riverains dénommée « les Amoureux de château l’Arc» 19, chemin du Castellas, quartier Saint-Charles 13710 Fuveau crée
en 2001, va être relancée afin de prendre à bras le corps ce problème.

16) Nuisances sonores :
Durant tout l’été, les riverains du restaurant « Le Domaine de Fuveau » dans un large
périmètre, ont été gênés de façon récurrente par des nuisances sonores et des
stationnements sauvages à risque, et s’en sont plaint.
Après une réunion de médiation à l’initiative des deux responsables des CIQ concernés,
plusieurs rendez-vous, réunions, plaintes en gendarmerie, interventions de deux CIQ,
de la Mairie, le dossier a débouché sur une fermeture administrative de cet
établissement pour 2 mois, décidée par la Préfet de Police, sur la base des constats de
gendarmerie, ce qui constitue un avertissement sérieux, mais pas une résolution du
problème sur le fond. Il faudra probablement alerter les autorités avant l’été 2020 pour
ne pas attendre comme cette année 2019, au cours de l’été, pour dénoncer les
exactions éventuelles.

17) Enquête publique sur la réglementation des panneaux publicitaires :
Parmi les CIQ, seul Mr Féréoux (La Barque) a jugé utile d’aller y soumettre une
contribution. Il regrette que cela n’ait intéressé que peu de personnes.
Il est évident pour tout le monde que la prolifération de supports publicitaires
(sauvage) constitue une pollution visuelle et que toute réglementation l’encadrant sera
positive.

Pour prendre connaissance de l’intégralité du compte rendu, cliquer sur « Lire le compte rendu commun en intégralité».

Déplacements Urbains : La Métropole enquête sur les déplacements

Janvier 2020

Plan de Déplacements Urbains : Deux nouveaux documents très intéressants sont consultables sur le sujet :
– PowerPoint de Présentation du Comité de pilotage élargi sur le Projet de PDU Finalisé en vue de son arrêt du 19/12/2019
– Compte Rendu de la Réunion PDU métropolitain – Comité de pilotage élargi – du 04/12/2019

Projet Plan de Déplacements Urbains consultable !

11 Décembre 2019 : La nouvelle version du projet du Plan des Déplacements Urbains de la Métropole et ses annexes, tenant compte des remarques, des contributions et des apports des CIQ et de la Confédération des CIQ de Marseille est consultable et téléchargeable à partir du lien suivant :
Plan des Déplacements Urbains de la Métropole et ses annexes

Pour plus d’informations,
Contact : Secretariat General du PDU-Mail : pdu@ampmetropole.fr
Caroline Chédozeau assistante de direction auprès du Directeur de projet PDU
Service Stratégie et Planification
caroline.chedozeau@ampmetropole.fr
Tel : 04 95 09 59 20

Adresse postale : BP 48014 – 13567 marseille cedex 02 – Tel: 04 91 99 99 00
Adresse visiteur : TLM 2bis  quai d’Arenc – 13002 MARSEILLE

1er novembre 2019 : Enquête de la métropole sur les déplacements quotidiens

La Métropole Aix-Marseille-Provence a décidé, par délibération en date du 18 décembre 2018, de réaliser une « Enquête Mobilité » Certifiée « CEREMA« , qui s’étend sur l’ensemble du département des Bouches-du-Rhône et des communes limitrophes des Alpes-de-Hautes-Provence, du Gard, du Var et du Vaucluse. L’Etat et le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône cofinancent cette démarche, à laquelle la Région est également associée.

Ces enquêtes, qui ont lieu tous les 10 ans (la dernière a été réalisée en 2008/2009), obéissent à une méthodologie stricte de collecte, de structuration des questionnaires et d’analyse des résultats qui est définie au niveau national. Il est possible ainsi de garantir la comparabilité des résultats dans le temps et avec ceux des autres agglomérations françaises.

Les « Enquêtes Mobilité » présentent un intérêt majeur pour le territoire métropolitain puisqu’elles permettent de connaître et de suivre précisément les conditions de déplacement de nos concitoyens et ainsi d’alimenter les réflexions dans le domaine de la mobilité, d’évaluer les effets des projets en matière de transports collectifs, de circulation et de stationnement en cohérence avec les politiques d’aménagement du territoire.

L’enquête se déroulera durant 6 mois, du 1er novembre 2019 au 30 avril 2020 et concernera *neuf mille ménages tirés au sort pour disposer d’un échantillon de 18 000 personnes de 5 ans et plus. Les personnes enquêtées seront tirées au sort et devront répondre à un questionnaire qui se fera :

– soit face-à-face, avec visite d’un enquêteur au domicile. Dans ces conditions, tous les membres du ménage sont interrogés tour à tour.

– soit par téléphone et, dans ce cas, une seule personne du ménage sera interrogée.

Les personnes tirées au sort dans notre quartier, comme dans la commune de Fuveau, comme sur tout le territoire de la métropole seront interrogées sur les déplacements réalisés la veille du jour de l’enquête. Elles seront informées par courrier avant d’être contactées par les enquêteurs de la société ALYCE, missionnée par la Métropole. Ils conviendront d’un rendez-vous pour la réalisation de l’enquête. L’enquêteur sera muni d’une carte professionnelle, d’une copie du courrier envoyé et des différents documents nécessaires au bon déroulement de l’entretien. (sources mairie de Fuveau).

* Suivant les sources et les documents le chiffre des personnes qu’il est prévu de tirer au sort varie de 5740 (Gréasque), 9000 (flyer Métropole) à 26000 (Fuveau, Venelles) ???
On peut deviner que le coût de l’enquête varie suivant le nombre de personne qui y participent.

Merci de leur réserver un bon accueil, ce sont nos impôts qui financent cette enquête.

Ci-dessous le flyer explicatif réalisé par la Métropole :

Février 2019 : Concertation numérique de la Métropole sur les déplacements urbains

La Métropole lance une concertation publique dans le cadre de son Plan de Déplacements Urbains (PDU). Celle-ci aura lieu de février à avril 2019.

Tous les acteurs du territoire sont invités à  participer à la démarche de concertation en s’ inscrivant aux différents ateliers organisés dans les bassins de mobilité :

Deux temps forts sont prévus :
–       Le premier permettra de partager, en travail en sous-groupe, l’état actuel des réflexions de la Métropole en matière de mobilité : quels sont les projets engagés, quel regard sur les orientations et actions, autant de sujets à enrichir ensemble,
–       Le second fera l’objet du partage du projet de PDU nourri des productions des ateliers, de la définition des priorités et de la déclinaison concrète du plan d’action.
En complément, 6 ateliers thématiques seront consacrés aux thèmes jugés prioritaires dans la Métropole.

En appui à l’ensemble de la démarche, un outil précieux : le registre numérique de concertation, ouvert et accessible à tous.

Ce registre permet de prendre connaissance en permanence de l’évolution des éléments présentés en concertation, de prendre part à des questionnaires destinés à mieux connaître la perception de la mobilité métropolitaine, et de s’inscrire aux ateliers thématiques : www.registre-numerique.fr/concertation-pdu-amp
Pour participer, aux ateliers de votre choix, via le bulletin prévu à cet effet via le registre numérique, inscrivez-vous en cliquant sur inscrivez-vous 

« Le sort fait aux arbres » du Pré de l’Ouvière

Septembre 2019 : Le Conseil Syndical du Domaine Saint-François alerte la mairie sur le dépérissement des chênes restants !

Après les arbres arrachés l’hiver dernier, ce sont maintenant, les chênes restant qui sont mourants.
Le Président du Conseil Syndical de la ZAC Domaine Saint-François a informé par courrier en date du 8 septembre 2019, Mme le Maire du Fuveau et ses services, ainsi que le CIQ (en copie) que quatre chênes situés dans la haie surplombant le bord du parking et mitoyenne des habitations du Domaine Saint-François, montrent des signes visibles de traumatismes (jaunissement prématuré des feuilles, perte prématuré des feuilles), dont un tout particulièrement, situé côté terrains privés. Le constat établit a également pour but de prendre date dans l’établissement d’un lien de cause à effet entre, d’un côté les travaux du parking, la construction du mur et, de l’autre côté le dépérissement observé des arbres. (Voir les photos ci-dessous).

Le 18 septembre 2019, Mme le Maire, dans sa réponse, le remercie de l’avoir alerté sur ce constat et l’invite à la tenir au courant de l’évolution de la situation.

Tandis que dans cette affaire l’Adjoint au Développement durable, Environnement, Cadre de vie, etc.., dont on aurait pu penser, qu’il appuierait les demandes de préservation de la haie de chênes, il se sera révélé totalement absent.

A ce stade il faut rappeler les promesses de Mme Le Maire :
– Novembre 2017 :  » …A ce titre nous avions déjà sensibilisé le bureau d’études CERRETTI à l’obligation de préserver les chênes. »
 » L’entreprise étant désignée, je vais le lui notifier (l’obligation de préserver les chênes) et nous ne manquerons pas de le rappeler au chef de chantier désigné lors de notre premiere réunion de mise au point technique »
– Septembre 2018 :  » Sur le traitement et l’obligation de préserver les chênes, je suis surprise de vous lire car, et je vais m’en assurer, toutes les consignes ont été, à maintes reprises, signifiées oralement et par écrit à notre maître d’oeuvre – le bureau d’étude CERRETTI – afin que ces arbres centenaires soient préservés. « 

Voir la réalité ci-dessous.

Etat de la haie de chênes jouxtant le Domaine Saint-François à la mi-septembre

Feuillage prématurément jauni au 15 septembre 2019 – Chêne mourant
Feuillage prématurément jauni au 15 septembre 2019 – Chêne mourant
Chêne ayant déjà perdu ses feuilles au 15 septembre 2019 – Arbre mort

Avril 2019 : Plantations de remplacement

Pour solde de tout compte, Trois chênes verts à feuilles persistantes ont été planté (deux en dessus du » mur « et un dans l’angle du parking), avec goutte à goutte, en remplacement des vieux chênes à feuilles caduques arrachés pendant le creusement. 
Le maître d’ouvrage, considère-t-il ainsi, avoir respecté le PLU et les promesses écrites de Mme Le Maire ?  
Voir les photos de la haie de chênes avant,
Apprécier la ressemblance, la différence, la préservation de la haie, la qualité du travail effectué ? 

30 avril 2019 : Plantation de 2 chênes verts. (Les remplaçants du PLU)
Avril 2019 : L’espace entre la haie de chênes et le mur a été remblayé avec tout ce que les ouvriers ont trouvé y compris des branchages des chênes arrachés. On aperçoit sur la photo une branche qui dépasse du remblai. Le béton et le goudron, sont-ils considéré comme un engrais pour les racines apparentes ?
Mars 2019 : Encore des chênes sacrifiés pour les besoins du chantier
7 Mars 2019 : Coté parking, Chênes : Les racines sont toujours à l’air et au soleil.
21 février 2019: Mur contre la haie de chênes les racines à l’air

Janvier 2019 : L’arrachage continue

Sur le chantier du parking, malgré nos protestations, les ouvriers ont continué à creuser le long de la haie de chênes à dénuder les racines arbres, à couper certaines racines en partie et à arracher un certain nombre d’arbres : Il n’en reste plus que trois sur la première longueur.

1er février 2019 : Reste trois chênes en dessus de cette portion de mur en construction. En bas à gauche de la photo, un tas de branchages et de racines arrachées par les ouvriers du chantier

19 Décembre 2018 :  Arrachage des Chênes, stupéfaction !

La création du parking public, justifie-t-elle l’arrachage de trois gros chênes, quasi- centenaires par la Commune, maître d’ouvrage des travaux ?
En dépit de plusieurs promesses écrites de Mme la Maire de préserver la haie ?

Une délégation du CIQ et des riverains se rend sur le chantier, exprimer sa désapprobation face aux responsables du chantier et à l’Élu adjoint aux grands travaux.
Nulle part dans le « PUP-Permis d’Aménager », ni sur aucun plan, il n’est écrit, ni programmé que des arbres avaient besoin d’être déracinés. ???

Chêne délibérément déraciné à coups de godet de tractopelle le 19 décembre 2018

Chez les riverains c’est la colère, la stupéfaction, l’indignation qui prédomine.
Côté mairie, l’ Élu à l’Urbanisme et aux Grands Travaux, s’arc-boute sur la promesse de remplacer les arbres arrachés conformément au PLU.
Force est de constater, que la population du quartier est mise devant le fait accompli, après s’être fait rouler dans la farine.

Quelques reactions de riverains qui parviennent spontanément au CIQ :
 » Quelle gabegie ! Scandalisé par le déracinement de cette haie de vieux chênes. Alors que nous nous sommes battus des années pour les préserver et que toutes les assurances avaient été soit disant données ! Y compris ces dernières semaines par le maire !  Je comprends la colère des riverains. « 

 » C’est la démonstration que la municipalité Maître d’Ouvrage ne maîtrise pas la conception et la réalisation des travaux exécutés sous sa responsabilité et surtout en reniant les promesses écrites depuis longtemps sur la préservation de spécimens centenaires irremplaçables. Une succession d’incompétence des maîtres d’œuvre et des entreprises dont la culture de l’espace public se résume au fonctionnement du bulldozer. « 

  » L’actuelle mairie préfère le béton aux arbres, et ne sait pas écouter ses habitants : cela produit ces résultats catastrophiques. « 

La ligne de fouille

La ligne de fouille au pied de la haie, n’est pas une ligne droite mais réalisée avec des décrochés inexplicables, qui de surcroît ne tiennent absolument pas compte de l’implantation des arbres « à protéger ».
Des riverains s’émeuvent sans résultat.
A l’occasion d’une rencontre, nous interpellons le directeur des services techniques sur le chantier, sur cette question. Il nous est répondu que si des arbres meurent ils seront remplacés, conformément au PLU de la commune.
Nous constatons alors, à nos depends que le discours a changé.

24 septembre 2018 : Décrochés dans la fouille vers l’avant
alors qu’il n’y a pas d’arbres à protéger à ces endroits là ?
24 septembre 2018 : Excavation au pied des arbres,
La haie de chênes quasi-centenaires est mise en danger !

6 Septembre 2018 : Nouvelles promesses de Mme Le maire

Le 6 septembre 2018, dans un courrier officiel, Mme le maire en réponse à un ensemble de questions que nous lui avions posées, nous écrivait :  » Sur le traitement et l’obligation de préserver les chênes, je suis surprise de vous lire car, et je vais m’en assurer, toutes les consignes ont été, à maintes reprises, signifiées oralement et par écrit à notre maître d’oeuvre – le bureau d’étude CERRETTI – afin que ces arbres centenaires soient préservés. « 
Lire le courrier intégral de Mme le maire de Fuveau

11 août 2018 : Les racines sont coupés,
il apparaît clairement que « les consignes de préservation » ne sont pas respectées
Aout 2018 après l’orage, les racines apparaissent à l’air libre.
La ligne de fouille comporte des décrochés inexplicables

Novembre 2017: Les promesses du début sur la préservation de la haie

Le 27 novembre 2017, concernant la sauvegarde de la haie de Chênes, Mme le maire écrivait au CIQ dans un courrier officiel, en réponse à nos questions (Point N°3) que :
 » …A ce titre nous avions déjà sensibilisé le bureau d’études CERETTI à l’obligation de préserver les chênes. »
 » L’entreprise étant désignée, je vais le lui notifier (l’obligation de préserver les chênes) et nous ne manquerons pas de le rappeler au chef de chantier désigné lors de notre premiere réunion de mise au point technique »
(lire le courrier intégral des réponses de Mme Le maire de Fuveau)

Entre 2012 et 2017

Au cours des réunions qui ont eu lieu pendant cette période avec les responsables de la mairie et les initiateurs du projet, la question de la préservation de la haie de chênes, écran végétal naturel séparant les habitations existantes du projet de parking et d’urbanisation, revenait régulièrement.
C’était une préoccupation constante des habitants qui étaient attachés à ces chênes pour partie quasi-centenaires. L’assurance que la haie serait préservée était l’un des éléments important qui rendait le projet immobilier acceptable pour les riverains.

Au début il y avait ….