Archives par mot-clé : Fuveau

Le Musée Provençal des Transports Urbains et Régionaux

LE M.P.T.U.R de La Barque en grandes difficultés

Le CIQ soutien le Musée des Transports

Élément culturel, patrimonial et attrait touristique pour la Commune, l’association qui gère le musée et organise les animations à thème connait de graves difficultés, risquant l’expulsion des locaux dont elle avait l’usage depuis 1969.

Présentation et historique du musée   

Répondant au sigle aussi mystérieux que difficilement prononçable de MPTUR, le Musée Provençal des Transports Urbains et Régionaux et des Véhicules de mines et de travaux publics a été créé en 1969, par deux amateurs éclairés de chemin de fer et de transports publics : M. Noël Mailliary et M. Michel Dupont-Cazon.

Comme sa dénomination l’indique, ce musée a pour but de présenter des matériels de transports publics, ainsi que de travaux publics, ayant circulé en Provence, ainsi que divers documents et objets se rapportant à leur technique et à leur exploitation.

Mr. Noël Malliary, CRS de son métier cherchait un lieu pour démarrer une collection privée accessible au public. Faisant jouer son réseau de connaissances, il s’est établi au bord de la ligne de Carnoules à Gardanne, dans l’ancienne halle à marchandise de la gare de La Barque, avec l’autorisation du chef de district SNCF de l’époque.

Le premier bus arrive en 1970, puis viennent les deux tramways.
La locomotive à vapeur arrive à peu près à la même période, puis les véhicules arrivent les uns après les autres au cours des années 1970-1980.

Aujourd’hui, le Musée renferme une collection de Tramways de la ville de Marseille, ainsi que des Trolleybus de la région, dont un unique exemplaire de trolleybus interurbain autrefois affecté à la liaison Aix-Marseille.

Les années 80 voient la construction du petit train en voie de 60 cm, ainsi que le réseau des miniatures à vapeur vive.
Dans les année 90, une convention est passée avec la SNCF pour la halle, mais rien en ce qui concerne la gare (et pour cause puisque non propriétaire).
En 2002, décès du fondateur.

Toujours en 2002, Mr. Bergman, prédécesseur de Mr. Saretto sauve le musée (M. Malliary n’avait pas d’enfants, donc pas d’héritier direct) en payant les droits de succession et en devenant propriétaire du matériel entreposé sur le site. Il crée à cette période le CCPVA (Conservatoire provençal du patrimoine de véhicules anciens), nom actuel de l’association de type loi 1901 qui gère le musée.
En 2007, une convention est passée pour la halle et les terrains avec SNCF réseau.

En 2015, Mr. Bergman revend ses parts à Mr. Luc Saretto qui devient président du même coup, suite à sa démission.
Depuis le bureau est composé des personnes suivantes :
–  Président : Luc Saretto
– Secrétaire/Trésorier : Christian Jouen
– Conseiller : Jean Baretje
– Administrateur : Michel Delaage
– Administrateur ; Gérard Chauvin

Le (M.P.T.U.R) Musée Provençal des Transports Urbains et Régionaux est un musée français dédié aux véhicules de transport urbains et régionaux : wagons, tramways, trolleybus, locomotives, matériel minier etc..

Ses activités/animations sont : Tous les dimanches après-midi, ouverture du musée, promenade des visiteurs dans la garrigue sur le train en voie de 60 cm.
Tout au long de l’année, journées particulières, avec exposition à thème, axées sur le thème des transports urbains et régionaux, vapeur, chevaux vapeurs.

Mai 2019, Le début des problèmes

En mai 2019, la SNCF signifie à l’association qu’elle doit quitter le bâtiment voyageur, au motif que l’association occupe illégalement, sans droit ni titre, l’espace public et que la gare est en mauvais état.

En Août 2019 à desseins, la SNCF, par le truchement de ses avocats fournit une adresse de siège ancienne (de l’association) au tribunal administratif. Faute de recevoir la convocation, personne ne se présente pour défendre l’association, à l’audience en référé pour une expulsion.

Situation actuelle : Lancement d’une tierce opposition, et convocation à une nouvelle audience en référé. L’affaire est jugée en défaveur de l’association, qui se retrouve sous le coup d’une expulsion avec astreinte financière.
Aucune des propositions (rachat éventuel, transfert dans le cadre du projet de ligne touristique de la gestion de la gare avec la ligne) n’a reçu de réponse, et cela malgré les contacts pris avec le réseau et l’immobilier, tout le monde se repassant le problème sans apporter de solution permettant la survie du Musée.

Qui pourra débloquer la situation ?

Présentation, historique, exposé des difficultés : Source Luc Saretto

Coordonnées du musée : Gare SNCF de La Barque, Chemin de la Bergerie – 13710 Fuveau
Mail : contact@cppva.com
Site internet : www.cppva.com
Page Facebook : Musée Provençal des Transports
Tel : 06 10 39 24 22
Le musée est fermé jusqu’au dimanche 29 mars 2020.

Vœux 2020 de la Confédération des CIQ

Présentation des vœux 2020 de la Confédération des CIQ de Marseille et des environs.

Vendredi 17 Janvier 2020, trois CIQ de Fuveau ont assistés aux « Vœux » de la Confédération des CIQ au Salon d’Honneur de l’Hôtel du Département à Marseille.

Les représentants des CIQ de Fuveau et de La Ciotat

Mr Alain Pelegrin président du CIQ « Soleil Levant », Mr Denis Ziegle Président du CIQ « Fuveau Ouest » et pour représenter le CIQ « St François » Joseph Catania Trésorier.

Devant un parterre d’élus, de représentants de l’état et des représentants des CIQ de la Métropole un concert très applaudi des « Petits violons des calanques » (élèves de l’école des calanques à la Cayolle constitué à l’initiative du CIQ Hauts de Mazargues La Cayolle et  Nicole Bonfils, la présidente du CIQ) a été offert suivi du discours de Monsieur Jean-Marc Chapus Président de la Confédération des CIQ.

Points d’orgue du discours :

« À certains CIQ qui demandent : mais que fait la Confédération ? J’ai envie de répondre en plagiant John Fitzgerald Kennedy « Chers CIQ, ne vous demandez pas ce que la Confédération peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour la Confédération ».

Jean-Marc Chapus président de la Confédération des CIQ.

Et de terminer :

« Pour finir cette nouvelle année, je vous souhaite d’oser, osez réaliser vos rêves, osez concrétiser vos projets, osez profiter de votre bonheur, osez apprécier l’amour que l’on vous donne, osez avoir tout le succès que vous méritez. Tout cela est en vous, il ne vous reste qu’à oser.
Bonne et heureuse année 2020, santé, joie, bonheur et amitié. »

Questionnaire des adhérents du CIQ St-François

Comme annoncé, lors de notre récente Assemblée Générale, en vue des prochaines Elections Municipales de Mars 2020, le Comité d’intérêt de Quartier a offert à ses adhérents la possibilité de formuler des questions sur les sujets qui les préoccupent concernant le quartier (actuel et/ou futur) et qu’ils souhaitaient poser aux candidats à la Mairie de Fuveau, pour éclairer leur choix. 

Nous avons fait une synthèse des réponses pour établir un questionnaire que nous avons transmis aux différents candidats.
Nous vous communiquerons les réponses que nous aurons reçues par une Newsletter et nous les publierons sur le site internet du CIQ.

Ci-dessous le questionnaire envoyé le 15 janvier 2020 :

Questionnaire des adhérents & habitants
du CIQ Saint-François – Fuveau 

                                                                                                     Janvier 2020           

Pouvez-vous envisager de mettre à l’ordre du jour de la prochaine mandature les demandes suivantes, si vous êtes élus à la Mairie de Fuveau ?

Jas de Bassas :
– Un éclairage public intelligent dans l’impasse du Jas de Bassas conduisant au Centre commercial Europe, comme cela est demandé depuis 2013 ? (Oui/Non)
– Un véritable accès piéton, poussette et PMR au Centre commercial au bout de l’impasse du Jas de Bassas ? (Oui/Non)

Rond-point de l’Europe :
– Un éclairage public ? (Oui/Non)
– Un cheminement piéton sécurisé par des passages protégés tout autour du rond-point ? (Oui/Non)

Avenue Maréchal Leclerc : 
– Une restructuration de la gare routière ? (Oui/Non)
– Une urbanisation à visage humain, le long de l’avenue, devenue un axe urbain, intégrant une stratégie de réduction du transit des véhicules sur la RD 46, qui passent par cet axe pour des trajets de liaison Aubagne-Rousset, au lieu de passer par la Barque ? (Oui/Non)

Pares-vues en plastique :
– Quelle est votre position sur les pares-vues en plastique (inesthétiques et source de pollution) visibles sur le domaine public (exemple : services techniques) et la possibilité de remplacer par des haies végétales ? (Pour/Contre)

RD 96 (entre le rond-point de l’Europe et le carrefour avec le chemin de Saint-François) :
– Un déplacement des limites d’agglomération sur cette portion de route de l’autre côté de la RD 96 pour, en priorité, la sécuriser avec une réduction de la vitesse du trafic ? (Oui/Non)

Groupe scolaire Ouvière :
– La mise en place d’une réflexion sur les possibilités de désengorgement du groupe scolaire surdimensionné et sur une refonte de la carte scolaire favorisant les déplacements piétons ? (Oui/Non)
– La mise aux normes du trottoir entre l’école élémentaire Ouvière et le parking Guérin Marchi. (Oui/Non)

Chemin de Saint-François :
Confirmation de la mise en place d’un collecteur pour le tout à l’égout dans le cadre de l’urbanisation du pré de l’Ouvière, du début du chemin de Saint-François jusqu’au N°69 (Carrefour avec feu tricolore) ? (Oui/Non)

Chemin de Saint-François (partie haute entre l’entrée des lotissements « La Bégude & L’Ouvière » et le carrefour avec la RD 96) :
– Un éclairage public, comme cela est demandé depuis 2013 ? (Oui/Non)
– Une reprise du tracé dangereux du dernier virage ? (Oui/Non)
– Un déplacements en retrait de la voirie des 4 containers poubelles (ordures ménagères et emballages) à l’angle de l’impasse de la Farigoule ? (Oui/Non)
– Une solution pour stopper les éboulements récurrents de terre et de pierres ? (Oui/Non)
– La suppression du rond-point giratoire malcommode devant l’entrée des lotissements « La Bégude & L’Ouvière » et son possible remplacement par un marquage au sol en peinture ? (Oui/Non)
– La mise en abattage des pins qui menacent de tomber sur le chemin ? (Oui/Non)
– La reprise du pluvial inopérant (plusieurs avaloirs sont situés du mauvais côté de la chaussée par rapport à la pente de la voirie) ? (Oui/Non)
– La reprise en peinture de ligne blanche continue devenue non visible ? (Oui/Non)
– La limitation du tonnage autorisé à 3,5 T (habitations en mitoyenneté immédiate en contrebas ? (Oui/Non)

Carrefour Chemin de Saint-Francois/RD 96 :
– Un éclairage publicducarrefour ainsi qu’ autour de l’abribus du ramassage scolaire ? (Oui/Non)

RD 56E (entre le rond-point du cimetière et le pont au carrefour avec le RD 96) :
– Un déplacement des limites d’agglomération sur cette portion pour en priorité sécuriser les accès aux nombreuses habitations ? (Oui/Non)
– Obtenir du Département une diminution de la vitesse autorisé ? (Oui/Non)
– Obtenir la sécurisation du débouché du lotissement « Les Jardins du Repos » ? (Oui/Non)

Avec la lettre d’accompagnement suivante :

Bonjour Madame, Monsieur,

Dans le cadre des élections municipales, et conformément à l’objet de notre CIQ : « La défense et la promotion du quartier et de ses habitants, …dans les domaines suivants : la défense du cadre de vie et des intérêts généraux des habitants du quartier, la défense et le maintien des sites et de la qualité de la vie, le respect d’un urbanisme à visage humain, la représentation et la défense des intérêts généraux patrimoniaux ou moraux de ses habitants… »

Le Comité d’Intérêt de Quartier Saint-François – FUVEAU a demandé à ses adhérents les sujets qui les préoccupent prioritairement à l’échelle de notre quartier.
Nous avons regroupé ces sujets dans un questionnaire que nous vous soumettons ci-joint.

Nous vous serions reconnaissant de bien vouloir nous répondre par écrit, ou par courriel de manière sommaire ou plus complète, en fonction des questions posées et de nous faire part de vos réponses au plus tard le 15 février 2020. 

Vos réponses seront communiquées aux habitants et rendues publiques.

Nous vous remercions par avance pour votre attention et votre participation, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de nos sentiments les meilleurs. 

Voie transversale, N°69 chemin de St-François

Janvier 2020 : Résidus de chantier de part et d’autre de la voirie transversale

Décembre 2019 : Six logements sociaux à venir en terrain devenu inondable !

Terrain devenu inondable du fait de la voirie surélevée

Sur ce terrain il est prévu de construire trois fois deux logements sociaux : 6 au total. Maintenant que la voirie (maîtrise d’ouvrage municipale) est a peu prés terminée, nous avons pu constater lors des épisodes pluvieux récents que, telle qu’elle a été construire, nettement surélevée par rapport au niveau naturel du terrain, les constructions à venir (entrées, garages), forcément en contrebas de la voirie avec un dénivelé important, vont se trouver inondées à la première occasion.  

Début d’inondation dans une maison mitoyenne du champ Campillo

Suite aux fortes pluies du mercredi 23 octobre 2019, le bas du « champ Campillo » a été de nouveau inondé ainsi que le jardin, les accès, les abords et le vide sanitaire d’une habitation, en limite dans le Domaine Saint-François.
Les angoisses des inondations de 1994-95 ont resurgit chez les habitants.

14 février 2020 : Un rendez-vous en Mairie avait été demandé par les plaignants. A la suite de la réunion, il a été reconnu que c’est cette eau pluviale provenant du chemin d’accès au champ Campillo, non fini pour l’instant, était à l’origine de l’inondation.
Un ensemble de deux solutions a été proposé par le bureau d’étude Cerreti présent et devrait être mis en oeuvre rapidement par la commune afin de collecter plus correctement le pluvial en amont pendant toute la période des travaux d’aménagement qui démarrent maintenant dans le champ Campillo.

Vide sanitaire et garage inondés le long de la voie transversale au N°69

Suite aux différents épisodes pluvieux et à la création de cette voie transversale sous maîtrise d’ouvrage municipale, il semblerait que tout n’a pas été réfléchi à l’avance pour le mieux.
Les maisons qui longent la voie transversale, voient l’eau du pluvial collectée sur l’ancien chemin d’accès, détournée par les nouveaux accès goudronnés vers les maisons et les garages, provoquant à plusieurs reprises des d’inondations (entrée, vide sanitaire et garage). La maison suivante est également impactée.

Photos des inondations recommencement constatées

Les sinistrés ont écrit à Mme le Maire, pour demander une intervention permettant de trouver solution au problème nouvellement crée par les travaux liés au PUP du Pré de l’Ouvière.
Une solution est à l’étude par le Bureau d’étude Cerreti, pour éviter que ça ne se reproduise.

Pluies du 23 novembre 2019

L’eau non collecté s’engage dans la voie transversale en pente

Suite aux pluies, d’importantes quantités d’eau descendues des terrains situés en amont, sortent de dessous le portail au N° 78 et s’engagent sur le chemin de Saint-François vers le nouveau carrefour. Anciennement tout le pluvial serait descendu par la chemin de Saint-François.

Aujourd’hui une partie descend le chemin de Saint-François le long du champ, mais une grande quantité s’engage vers la nouvelle voie transversale. Or actuellement les avaloirs se trouvent sur-élevés par rapport à la chassée pour un temps indéterminé car Il manque la dernière couche de bitume de finition.

L’eau non collecté va continuer sa course dans le champ en contre bas

Pour cette raison les avaloirs (sauf partiellement le dernier) ne collectent pas l’eau qui du fait de la pente de cette voie transversale ruisselle en bonne partie directement vers le champ Campillo en contrebas.

25 octobre 2019 du nouveau sur la voie transversale

Un poteau électrique planté au beau milieu de deux entrées et un poteau téléphonique sur la chaussée goudronnée viennent d’être enlevés, 6 mois après la fin apparente des travaux dans ce secteur. L’accès au fond vers le champ à lotir en contrebas a été condamné avec des rebords de trottoir. Le trottoir a été soigneusement planté de piquets pour interdire le stationnement des voitures à cheval sur le trottoir.

Les raccords n’ont pas l’air bien neufs. C’est du provisoire ?
Au 69 du chemin de Saint-François, la voie transversale fraîchement goudronnée :
N’y a-t-il rien qui vous intrigue ?

Avancement des travaux le 24 mars 2019, débouché de la transversale coté Chemin de Saint-François :
La délimitation de la chaussée, laisse prévoir l’enlèvement des pylônes téléphoniques. Les villas en bordure de la voirie savent déjà qu’ils vont perdre une bonne partie de leur tranquillité.

Mi-Mars 2019 : Vu le dénivelé de 1,5m et plus créé par les travaux entre le terrain et la voirie, qui apparaît sur la photo ci-dessous,  Il ne sera pas facile de construire des maisons de plein pieds avec la rue, à moins d’un remblayage onéreux pour la construction de logements sociaux. Des escaliers seront peut-être nécessaires, une pente pour rentrer dans le garage, et le risque de voir inondés les rez-de chaussé et les garages régulièrement ?

Parcelle en contrebas à bâtir en logements sociaux
Vision bucolique du chantier !!!
10 décembre 2018 : Avancement des travaux, coté voie transversale au N°69 chemin de Saint-François et accès champ Campillo

16 novembre 2018 : Coté N°69 chemin de Saint-François

Les riverains demandent la sécurisation du chantier

La future nouvelle voie d’accès transversale qui longe le chemin privé

5 juillet : Suite à la demande de ces riverains du N°69 chemin de Saint-François qui longe la nouvelle voie d’accès, une barrière de sécurité a été installée entre les deux, au bout de plusieurs jours et une réunion d’information leur est proposée sur le terrain le Mercredi 11/07/2018 à 8h15. Les aménageurs tentent de rattraper le coup.
Un représentant du bureau du CIQ Saint-François tenu à l’écart, bien que non convié, est présent sur place.

Le minimum de sécurité n’est pas respecté

Tractopelle à quelques mètres des habitations, ou vivent des familles avec des enfants, sans aucune protection

4 juillet : Ces premiers travaux ont été effectués sans aucun avertissement, ni pancarte, ni aucune prévention,  ce qui aurait été la moindre des choses, puisque les ouvriers ont du emprunter une voie privée pour effectuer leur tache et que de surcroît des enfants jouent dans les jardins autour des maisons dont certains ouverts donnent sur l’impasse.
D’autres riverains ont constaté des coupures du réseau téléphonique entraînées par ces travaux .

Les riverains sont mécontents !

Au N° 69 du chemin de Saint-François
des riverains se rebellent !

3 juillet : Les premières images, les premiers dysfonctionnements !Des riverains au N°69 chemin de Saint-François (impasse qui descend vers le champ Campillo) partis travailler le matin à 8h30 sans rien constater, découvrent en rentrant le soir à 18h avec surprise que des travaux (débroussaillage) ont été effectués tout le long devant leur habitation dans la journée, en bordure de leur chemin d’accès actuel. Les aménageurs se sont crus « Seuls au monde ».

Démarrage du chantier sans prévenir

Démarrage du chantier sans aucune protection, vis à vis du chemin d’accès aux quatre villas mitoyennes
Ancien chemin d’accès au terrain Campillo

le chantier a débuté le Lundi 2 juillet 2018, sans information des riverains, sans protection du chantier. Plusieurs  riverains s’en émeuvent à juste titre.

5 septembre 2016 :
Le Terrain  Campillo  dépend alors du même projet urbain partenarial que le « Pré de l’Ouvière », avec un impact sur les équipements collectifs (voirie, parking, école, réseaux… ). Il est situé en bas du chemin privatif (voir photo). La deuxième tranche (le Champ Campillo/12 logements de plus) devrait se contenter d’un permis d’aménager à venir, actuellement en cours d’instruction. 

Contentieux Mairie / SCA Chateau l’Arc

12 décembre 2019, Surenchère :
La presse du Pays d’Aix en parle

Cliquer dessus pour voir l’article en grand

Source : La Provence 19 12 2019

Ce qu’en dit un ancien élu

Source : La Provence 19 12 2019

Ce qu’en dit la Préfecture des Bouches du Rhone

Source : La Provence 19 12 2019

Décembre 2019 : Informations & arguments complémentaires

Ils nous sont communiqués par M. BRERRO, le Président de l’Association « Les Amoureux de Chateau l’Arc » (Association de défense des riverains, opposée au projet).

Des sommes extravagantes comme dédommagement ont déjà été demandées par le passé : 256 000 € d’abord, puis 156 000 € ensuite…
Elles ont toujours été refusées par le Tribunal Administratif. Donc …..
Il ne faut pas négliger d’extrapoler et d’envisager les infrastructures qui seront nécessitées par un si grand nombre de logements (150 pour la première tranche, le permis de la seconde seconde étant pour le moment refusé par la Mairie) :
– Crèche, école maternelle…et peut-être primaire, les écoles alentour étant déjà saturées ! Tout ceci coûtera énormément à la Commune…sans apporter quoi que ce soit en retour, ni en matière de taxes d’habitation (en cours de suppression), ni en matière d’emplois.
– Il faut prendre aussi en compte la déforestation générée, la destruction de la faune, des chiroptères et des plantes de la zone concernée par le projet.

8 novembre 2019: Jugement Conseil d’État, 10ème chambre

Lire le jugement du 8 novembre 2019 (document intégral)

12 septembre 2019 : Jugement Cour administrative d’appel de Marseille

Lire le jugement du 12 septembre 2019 (document intégral)

27 Mai 2019 : Jugements du tribunal administratif de Marseille

Lire le Jugement du 27 mai 2019 (gocument intégral)
Qui, dans son article 2, enjoint à la Mairie de réexaminer la demande de permis d’aménager modificatif présenté par la SCA Chateau L’Arc