Lettre à la direction des routes (3.6.2015)

A M. Polyno Ung, Direction départementale des routes (3/06/2015)

Soyez remercié pour ce projet de sécurisation du carrefour RD 96-Chemin de Saint-François présenté en mairie de Fuveau, le 1er juin. Ce travail réalisé de façon diligente constitue une avancée importante vers une meilleure sécurité des enfants qui descendent des cars scolaires.
Cependant, nous souhaitons attirer votre attention sur des points capitaux, qui nous ont à nouveau sautés aux yeux en nous rendant sur les lieux ce mercredi.
– L’abri-bus côté village (est de la route, face au restaurant) : le maintien ici de ce lieu de ramassage de tous les enfants le matin et de dépôt d’une partie d’entre eux, le soir, pose un double problème :
1- Il va se trouver bien au dessus du passage aménagé en dessous du carrefour. Rien n’indique que les enfants suivront les recommandations (même les plus insistantes) de traverser 30 m plus bas.
2 – L’arrêt sauvage de l’un des cars sur la D 96 risque fort de perdurer, en contravention avec le code de la route et avec les risques que l’on connait. D’autant que rien n’est aménagé pour s’arrêter sur le chemin de Saint-François. Et il est inconcevable, vu la dimension des cars de 50 places, que le chauffeur s’arrête sur cette chaussée étroite (avec la présence d’une ligne continue) provoquant un blocage de la circulation dans les deux sens, aux heures de pointe de surcroît. Et en infraction au code de la route également.
Avez-vous abandonné votre hypothèse d’implantation de l’arrêt de bus en dessous de l’intersection de St-François, avec un léger décentrement de l’axe de la chaussée ?
– De plus, l’éclairage du carrefour et du trottoir du chemin de St-François (jusqu’à l’entrée du lotissement La Bégude) par des candélabres solaires, nous parait indispensable, ainsi que de la sortie du chemin de Gréasque à Fuveau jusqu’à l’abris bus. Un point important de sécurité qui concerne aussi la mairie et que nous souhaitons examiner avec elle.
Conscients de l’importance des travaux et des moyens financiers qui vont être engagés, nous souhaitons, dans un souci d’usage optimisé des fonds de la collectivité, que la réflexion sur les divers aspects soit poussée à son terme, avec le professionnalisme que nous vous reconnaissons.
Croyez, Monsieur, en l’expression de nos sentiments distingués.
> Jean-Claude Escaffit et Jean-Luc Arvieu (CIQ Saint-François)
> Corinne Ferrouillet (CIQ des Espinades)