Archives par mot-clé : Espaces publics

Le Cas de la Bâtisse Vitalis – Centre-Village

Octobre 2019 : Depuis la nomination des futurs locataires du bâtiment en juillet, aucun budget de travaux n’a été voté en conseil municipal, ni aucun permis de travaux à l’instruction en cours à notre connaissance pour la réhabilitation précédemment annoncé du bâtiment. De plus en plus d’interrogations voient le jour parmi les Fuvelains sur la façon dont ce dossier est géré et en particulier sur l’urgence qu’il y avait à désigner les futurs locataires ?

2 août 2019 : Décision annoncé en conseil municipal du 29 juillet, officialisé par un communiqué de la municipalité confirmant, le bruit qui courrait depuis quelques temps, selon lequel, l’entreprise avait interrompu les travaux en raison de possibles risques d’effondrement.
Le bureau d’étude est chargé de revoir sa copie en relation avec l’entreprise exécutante. Il est évoqué une reprise du chantier le 12 août. A Suivre …

Ci dessous extrait de  “info travaux” de l’adjoint à l’urbanisme. En attendant la suite …

Extension de la “Batisse Vitalis” en cours de démolition

Désignation des futurs occupants :

30 juillet 2019 :  Le conseil municipal du 29 juillet a statué sur les candidatures des porteurs de projets souhaitant occuper la « Bâtisse Vitalis » une fois le bâtiment rénové, entérinant de fait les conclusions de la commission (voir compte rendu des reunions de cette commission ci-aprés).
Les gagnants sont :
– Pour le rez-de-chaussée, les caves : C’est le projet n°12 (Brasserie / bar à vins / salon de thé) porté par M. Hervé Demeret (Pizza Café)
– Pour le 1er étage : C’est le projet n°10 porté par l’Office de Tourisme (Mme Chaine).
– Pour le  2ème étage  qui est mansardé, pas de décision.
Explications : il n’y a pas la hauteur réglementaire sous plafond. Pour l’instant, cet étage n’a pas été pas affecté et la réflexion des élus se poursuit.

En conseil municipal, un élu de l’opposition met en avant la grande rapidité de cette procédure et de ces décisions, qui n’ont peut-être pas permis à d’autres projets, possiblement tout aussi valables de mûrir pour être présentés dans de bonne conditions.  Ce n’est pas du gout des élus de la majorité qui estiment avoir fait du bon travail.

Compte-Rendu des réunions des 3 et 4 juillet 2019 :

Rien n’a filtré.

Compte-Rendu de la réunion du 6 mai 2019 :

La commission a examiné les projets déposés en Mairie :
–  Pour la cave & le rez-de-chaussée,  3 projets ont été retenu + 1 projet « coup de cœur »,
– Pour le 1er étage, 1 projet a été retenu (Office du Tourisme),
– Pour le 2ème étage, cela reste à voir. Ce ne serait pas un local commercial, mais un local municipal, sans loyer. La décision sera prise ultérieurement.

Les dates à venir :
– Mercredi 3 juillet : rencontre avec 2 porteurs de projet, (rez-de-chaussée et 1er étage)
– Jeudi 4 juillet : rencontre avec 3 porteurs de projet, (rez-de-chaussée)
Le rapporteur officiel de la commission reste l’élu, Guillaume Volant, qui se charge de communiquer avec les différents porteurs de projet dont l’identité reste confidentielle.

Compte-Rendu de la réunion du 3 mai 2019 :

Réunion de la Commission sur le devenir de la Bâtisse Vitalis.
Objet :  Propositions au Conseil Municipal pour le devenir de la bâtisse Vitalis.

La Mairie a constitué une commission composée de :

  • 2 représentants des commerçants,
  • 1 représentant de l’Office du Tourisme,
  • 1 représentant de la coordination des CIQ de Fuveau,
  • 1 représentant du CIQ Jeu de Boules,
  • 1 riverain
  • 6 élus.

Cette commission est un groupe de travail chargé d’opérer une présélection et de proposer des solutions au Conseil Municipal, qui restera le dernier décideur. Cette commission réunie pour la première fois le 3 mai 2019 a compté 10 participants.

Présents :

  • 2 représentant des commerçants : Mr Xavier Vesperini  (Boucherie “Chez Xavier”), Mme Malileh PINTO (“Au petit bonheur de la chance”),
  • 1 représentant de l’office du Tourisme : Mme Monique Chaine,
  • 1 représentant de la coordination des CIQ de Fuveau : Mr Denis Ziéglé , suppléant, en remplacement de Mr Alain Pèlegrin, absent excusé,
  • 1 représentant du CIQ du Jeu de Boules :  Mme Frédérique Franco,
  • 1 riverain : Mme Christine Dollo,
  • 6 élus :
    • De la majorité : Mr Daniel Gouirand, Mr Guillaume Volant, Mme Marie Dominique Bagousse, Mr Dominique Chaine,
    • De la minorité : Mr Benoît Jacquier.

Absent : Un élu .

C’est Mr Daniel Gouirand qui assure la présidence de cette commission, Mr Guillaume Volant en est le rapporteur, et se charge des prises de notes.
Mr Gouirand rappelle l’ordre du jour, à savoir :

  • Définir l’utilisation de la bâtisse Vitalis,
    il souligne le caractère « intérêt collectif » de l’opération. En outre, une priorité sera donnée aux entreprises Fuvelaines.

Il annonce le déroulement des opérations :

  • Présentation du bâtiment et de ses caractéristiques,
  • Inventaire des projets reçus,
  • Définition des pièces nécessaires, et des critères de choix définitifs,
  • Réunions prévues : 2 à 3, voire 4, la réunion finale se faisant avant juillet, pour que le Conseil Municipal puisse statuer dans la foulée.
  • Présentation du bâtiment : Voir le PowerPoint présenté (inclus liste des projets en résumé).
  • Déroulement :
    1. Plan du projet,
    2. Permis de construire,
    3. Validation des Bâtiments de France,
    4. Choix du Bureau d’Etudes,
    5. Décision du Conseil Municipal.

Volet financier :

Salle rez-de chaussée

Le projet est estimé approximativement pour un coût total entre 800 000 € et 1 million d’Euros HT, que la commune ne financerait qu’à hauteur de 30%, (Le reste étant supporté par des subventions Département, Métropole, provenant également de recettes d’impôts), ce qui représenterait un reste à charge pour la commune de 300 000 € HT environ. (Les travaux de démolition étant déjà budgétisés dans le projet de parking)

La Mairie souhaite un retour sur investissement sur 7 ans (environ 50% du reste à charge).
Le loyer de ce local commercial (rez-de-chaussée et caves) serait compris entre 5 € et 15 € le m2., par mois, la surface à louer étant estimée entre 180 m2 et 270 m2 .
Soit un loyer pouvant être compris entre 900 € et 4050 € . Soit un éventail assez large de revenus possibles pour la commune.

Ce bâtiment aura toutes les commodités pour recevoir le public (ascenseur, accès aux personnes à mobilité réduite).
Mr Volant précise que ce bâtiment supportera des charges de fonctionnement (électricité, eau, chauffage sur les parties non-louées commercialement).

Propositions :
Chaque participant expose le point de vue pour lequel il a été mandaté, puis son point de vue personnel. Chacun s’étant exprimé, il se dégage les options suivantes :

  • Caves pour stockage (Voir le plan) et Rez-de-chaussée (Voir le plan) :
    Une grande majorité est pour un lieu de vie, à savoir un local commercial proposant un restaurant, genre brasserie avec petits déjeuners, repas plat du jour, glaces, etc. La question des horaires d’ouverture reste posée.  
  • Le 1er étage :  Pourrait avoir plusieurs fonctions (Voir le plan)
    • Un espace du Bel Age, (jeux de société, aide à Internet ou outils numériques, aide à déclarations d’impôts…)
    • Ou L’Office de Tourisme, avec un lieu de vente de produits locaux.
  • Le 2ème étage : Pourrait être (Voir le plan)
    • Une salle de réunion « officielle » (réception de personnalités, jumelage Fuveau-Santa Theresa, Conseil Départemental, Conseil de Territoire, Maires de communes limitrophes…) avec une exposition permanente sur l’histoire de Fuveau, et/ou des expositions temporaires d’œuvres (peintures, sculptures).
    • Ou un lieu pour les jeunes (à définir).

Par ailleurs, la Mairie a lancé un appel à projet auprès des Fuvelains, pour leur demander leur avis, par coupon-réponse, via l’application Facebook. Ainsi, 11 réponses (dont l’anonymat a été préservé) ont été présentées, certaines avec une estimation chiffrée du loyer à envisager. En majorité, les réponses sont en faveur, au rez-de-chaussée, d’un lieu de vie (bar, restaurant avec vente de produits locaux, café avec salon de thé).

D’autres propositions (2 sur 11) portent sur la demande d’un déplacement de l’Ecole de Musique, ou de la création d’une crèche, ou du déplacement de la bibliothèque municipale. Mais ces propositions ne prennent pas en considération le retour sur investissement souhaité. (Dans ces cas là, le Bâtiment serait uniquement consacré à des services municipaux).

Constatant que la majorité des propositions pour le rez-de-chaussée étaient en faveur d’un « lieu de vie » commercial, (bar, brasserie, salon de thé, ou restaurant), nous nous sommes posés la question de savoir qui pouvait présenter des garanties suffisantes pour prétendre à s’engager dans une telle opération commerciale.

Mr Gouirand a demandé à l’assemblée quelles seraient les pièces présentées en garantie, nécessaires à l’élaboration du projet. Un des soucis était d’écarter des personnes velléitaires qui n’auraient pas les reins financiers assez solides pour cela. C’est pourquoi, nous avons émis l’idée que les personnes désireuses de gérer cet établissement commercial, parmi les 12 (11+1) propositions faites à la mairie, devraient dans un deuxième temps communiquer leurs références, leurs garanties professionnelles.

Les propositions faites à la Mairie, nous sont restées anonymes. Les réponses et les renseignements demandés aux postulants, par les services de la Mairie (qui a les coordonnées de ces personnes) seront à remettre au plus tard le 3 juin à midi.

La prochaine réunion, pour la sélection des projets, est fixée au 6 juin, à 19h30, même lieu.
Les propositions documentées seront présentées à la Commission qui retiendra 3 projets.
Les 3 candidats finalistes devront venir se présenter et soutenir leur projet lors de la réunion suivante, devant la Commission qui déterminera le meilleur dossier, à son avis.

La décision finale sera prise par le Conseil Municipal, avant le 14 juillet prochain.
Mr Gouirand remercie tous les participants et lève la séance vers 22 heures.

Projets présentés :


Lire le courrier du rapporteur de la commission de travail aux 12 porteurs de projets sur les demandes de renseignements complémentaires et sur la procédure de sélection du ou des  finalistes. 

(Source : résumé fait le 7 mai, par Denis Ziéglé, pour la Coordination des CIQ de Fuveau.)
En l’absence de compte rendu officiel.

Planning démolition partielle Bâtisse Vitalis :

13 juin 2019:  En retard d’une phase sur le planning prévisionnel (voir ci-dessous), le démontage de la toiture et l’enlèvement des parties amiantées sont terminés. Le démontage des échafaudages est en cours. La phase démolition proprement dite ne devrait plus tarder.

Échafaudages sur la partie à démolir de la bâtisse

Désamiantage : La présence d’amiante étant avéré dans les parties à démolir, normalement une des trois entreprises mandatée pour réaliser les travaux est spécialisé dans le traitement de ces déchets. Par contre, en l’absence d’affichage des entreprises intervenant sur le chantier (les seuls documents affichés sur le chantier sont ceux du permis de construire pour la parking semi-enterré, annulé il y a un mois et la feuille de l’arrêté du permis de démolir), il peut être prudent d’aller consulter le détail du permis de démolir aux services de l’urbanisme pour avoir connaissance des précautions réellement prises au sujet du désamiantage.
Par la suite plusieurs arrêtés municipaux encadrant la procédure de démolition ont été affichés sur les grilles qui sécurisent la “zone chantier”.

Démolition partielle de la « Bâtisse Vitalis » et aprés ?

Bâtisse Vitalis, (ex bar du cours), la partie à conserver

10 avril 2019, après l’annonce de l’abandon du projet de parking semi-enterré, l’équipe municipale reprend l’initiative avec la démolition des annexes de la Bâtisse Vitalis (ancien « Bar du Cours ») annoncée pour le 9 mai 2019, avec l’annonce aux CIQ par un courrier de Mme le Maire (Lire le courrier ) de la création d’une commission pour réfléchir à la destination future, du bâtiment restant une fois rénové, puis avec l’annonce d’une concertation élargie à la population, pour le même motif, au moyen d’un coupon réponse, diffusée par le seul réseaux de la page Facebook “mairie” à retourner avec sa proposition et ses coordonnées…
Suite à la communication municipale sur le sujet, la Coordination des CIQ, dans son rôle, s’est impliqué, faisant oeuvre de concertation et de propositions. Lire le compte rendu de la réunionDémolition des annexes de la Bâtisse Vitalis :
D’après « Info travaux N°4 » de la mairie, « l’entreprise » viendra faire sa mise en place dés la 15 avril 2019, en prévision des travaux de démolition, mais le jeudi 18 il ne se passera rien pour permettre au marché de se tenir sans gène pour la circulation et le stationnement, et le parking restera accessible avec une signalisation spécifique. Début véritable des travaux de démolition le 9 mai.

« Bâtisse Vitalis » dont une partie doit être détruite.

Janvier 2019 : Le chantier doit démarrer au 2ème trimestre et se prolonger jusqu’à la fin 2019 soit pendant 9 mois, au moins. Les travaux commenceront par la démolition partielle de la « Bâtisse Vitalis » (18 et 19ème siècle, classée aux Bâtiments de France), immeuble ayant abrité le “Bar du Cours”.
Prendre connaissance du diagnostic patrimonial complet de la bâtisse en décembre 2016.

Végétalisation du centre-village

Juin 2020, carrés de goudron neuf en lieu et place des platanes, rue Rondet.
.

Les usagers du bureau de poste que nous sommes, ne pourrons plus profiter de l’ombrage des deux platanes qui faisaient face à la poste, rue Rondet. En effet après avoir été abattus à l’automne 2019, puis dessouchés en février de cette année, ils n’ont pas été remplacés. Probablement que le système racinaire des arbres était susceptible d’endommager à nouveau le mur d’enceinte privé qui longe le trottoir.

Platane supprimé, remplacé par un carré de goudron

L’essence choisie finalement en remplacement est donc une couche de goudron noir qui est venue remplir les trous laissés sur le trottoir par le dessouchage des platanes et conclure cette action.
Restent les “mauvaises herbes” le long des murs qui semblent assurer une végétalisation naturelle en remplacement des platanes supprimés.

5 mars 2020, les platanes : une souche sur deux, dessouchée rue Rondet.

Mais par quelle essence seront-ils remplacés, par un jeune platane ou par autre chose ?

20 février 2020 : Le dessouchage des platanes a effectivement commencé.

15 février 2020 : Contrairement à l’information précédente, il semble que pour l’instant le chantier n’a pas débuté.

Janvier 2020, information mairie :
A compter du jeudi 6 février 2020, l’entreprise Dolza va procéder au dessouchage des platanes abattus, et à leur remplacement (Boulevard Loubet et avenue Célestin Barthélemy). Il n’est pas précisé si ce sera par des Platanes ou par autre chose.

Novembre 2019 :

Dans aujourd’hui Fuveau N°16 de novembre 2019 page 16, il est fait un mini bilan de ce dispositif. Depuis mars 2019, seuls 4 habitants et 2 commerces ont adhéré au dispositif. C’est peu. L’article semble avoir pour but de relancer le projet.
C’est dommage car l’idée est bonne et fonctionne ailleurs (fréquent dans les villages de l’arrière pays varois, par exemple).
Probablement que le caractère indigent des moyens mis à la disposition des volontaires éventuels constitue un élément de blocage.

Souche de platane sectionnée à la base,
triste spectacle visible en face la poste, par exemple !

En même temps une série de platanes patrimoniaux ont été abattus dans le centre du village, sans semble-t-il s’entourer de toutes les précautions, pour s’assurer que tous les abattages décidés étaient vraiment indispensables. Pour en savoir plus lire l’article.

Avril 2019 :
Une idée de ce que ça pourrait-être

La mairie communique : Le projet de végétalisation du centre-ville a été lancé. Le but est de favoriser le retour de la nature en ville, d’encourager les initiatives citoyennes sur l’espace public, de préserver la biodiversité et d’embellir la Commune. Tout le monde peut participer, il suffit de contacter la chargée de mission Agenda 21 Lydia Repossi au 06.09.23.58.99

Croquis service communication

D’aprés les premières informations qui remontent du village, suite aux premiers échanges dans les vieux quartiers pour proposer et expliquer aux habitants le fonctionnement de l’opération :  les jardinières seraient à acheter par les habitants, les plantes aussi, l’entretien à la charge des habitants, et l’eau non fournie par la commune malgré des points d’eau existants. Le budget prévu pour ce projet serait ridiculement faible et destiné pour de la communication en priorité.

Commentaire CIQ : Le CIQ est, bien sur, favorable à ce genre d’initiatives, il est plus agréable de se rendre dans le centre de Fuveau avec des ruelles fleuries, de plus c’est dans l’air du temps.  Le CIQ soutient ce projet à condition, cependant,  que  des moyens financiers suffisants soient débloqués pour réaliser cette “végétalisation” dans de bonnes conditions et que les services techniques puissent aussi être impliqués dans l’opération. Il serait peut-etre bien que la Charte soit rendue publique.  

Janvier 2019 :

Etudiants en master 1, étudiant la végétalisation du centre-Fuveau

La mairie annonce un projet de végétalisation du centre du village (programme Agenda 21). Après la création d’un comité regroupant 11 personnes civiles et 37 étudiants en Master Urbanisme, ledit comité a défini un périmètre de travail ainsi que les espaces publics concernés. Actuellement, il élabore la charte de fonctionnement du projet ainsi qu’un contrat d’engagement entre chaque participant et la mairie. (Source communication mairie de Fuveau)
Commentaire CIQ : Dommage que dans le même temps la maitrise d’ouvrage municipale en dépit des assurances de Mme Le maire, ait fait arracher des Chênes anciens en bordure du « Pré de l’Ouvière » pour les besoins du parking. Voir “Le sort fait aux arbres”

Requalification Centre Fuveau : “La Presse” en parle

Les travaux  de requalification du centre ville de Fuveau finis et inaugurés, une journaliste de “La Provence”, Carine Palmi enquête sur le terrain. Le résultat est publié dans la Provence le Jeudi 16 août 2018  :

Le cours Victor Leydet, avant les travaux

La Ville de Fuveau a lancé, fin 2016, un plan de requalification du centre actif… Chose qui n’avait pas été faite depuis la dernière guerre. Malgré ça, le résultat divise la population.

“Les travaux ont duré trop longtemps et les gens pris d’autres habitudes”

Le cours Victor Leydet 2018, coté parking du jeux de boules

Il y a un point sur lequel tout le monde s’accorde : “C’est plus joli qu’avant !” Enfin tout le monde, ou presque… Car même l’aspect esthétique de “l’après travaux” ne semble pas trouver grâce aux yeux de tous. “C’est une grosse m****, ce projet, je vous le dis moi, entre dans le vif du sujet Albert, Fuvelain mécontent. Sans parler de l’aberration des sens inversés de certaines rues, visuellement, tout est bétonné et les platanes ne sont même pas entretenus !” “On attend l’élagage des arbres de l’avenue Barthélémy depuis des lustres, confirme Lionel. J’ai été obligé d’acheter des décodeurs à mes locataires pour qu’ils puissent capter la télévision à cause de ça”, peste le propriétaire. Et d’ajouter : “Sans même mentionner le rehaussement des trottoirs qui font que, lorsqu’il y a du vent, les feuilles s’engouffrent chez nous !”

Pas vraiment satisfaits, Lionel et Albert, donc. Ce qui colle à peu près avec ce qu’avait anticipé Daniel Gouirand, adjoint délégué à l’aménagement de l’espace, à l’urbanisme et aux grands travaux : “Il y en aura toujours qui vous diront que ça ne leur plaît pas…” Avant d’ajouter que “beaucoup sont satisfaits, on a même reçu des lettres de félicitations !” Sauf qu’Albert et Lionel ne sont pas les seuls à penser de la sorte. À Fuveau, la requalification n’a pas fait que des heureux. Et ça se sent. De part et d’autre de la ville, chacun a son reproche à faire.

Coût des travaux : 1,5 million d’euros

Le cours Victor Leydet 2018, coté Maison des Associations

Pour Christophe, quadragénaire occupé, “le plus gênant, c’est l’avenue Saint Barthélémy en sens unique”. Parce qu’“avant on pouvait sortir de Fuveau plus facilement… Maintenant on est obligé de faire tout le tour !” “Normalement, on était censé retrouver le double sens après la fin des travaux, se mêle à la conversation un Fuvelain qui paissait par là. “Vous le voyez, vous ? Au lieu de ça, ils ont supprimé les places de stationnement du côté gauche mais ça n’a servi à rien puisque les gens s’y garent quand même !” Effectivement, un panneau “autorisation de stationnement à gauche” est planté au milieu de l’avenue.

Un peu plus haut, au niveau de l’avenue Alexandre Philip, c’est surtout le manque de places pour les riverains qui dérange Aurore. Cette trentenaire aux horaires un peu décalés lutte visiblement pour se garer quand elle rentre du travail. Alors “certes c’était déjà le cas avant, mais en plus de ça ils ont même supprimé les trois places qu’il y avait dans la rue du Chanoine Moisan ! Qui depuis est en sens inverse…” Et de préciser à ce sujet : “Avec ce changement de sens des rues, ça devient trop étroit selon les véhicules et ça bouchonne ! Sans parler du fait que les virages sont maintenant en angle droit, ce qui est dangereux pour la visibilité et qui peut abîmer les pneus.”

Les difficultés des commerçants

Malgré tous ces avis négatifs, les travaux étaient nécessaires pour la Ville. “Les trottoirs étaient défoncés, en mauvais état à cause des racines des platanes, le stationnement n’était pas bien pensé et l’aspect général plutôt vieillot”, détaille Daniel Gouirand. Qui ajoute : “En même temps, rien de la sorte n’avait été fait depuis la guerre !” Des travaux qui ont coûté près d’un million et demi d’euros (avec l’aide du CD13 et du pays d’Aix) et qui ont permis de réhabiliter le centre actif. “On en a aussi profité pour reprendre les réseaux pluvial et d’assainissement, poursuit l’élu, ainsi que ceux électriques”.

Du côté des commerçants, le son de cloche n’est pas beaucoup plus positif. Déjà parce que beaucoup ont fermé et que d’autres ont mis leurs locaux en vente. “Il faut dire que les travaux ont duré longtemps et que les gens ont pris des habitudes différentes…”, explique Patrick, buraliste au centre du village depuis 2007. Le top départ a été donné fin 2016, début 2017, et si aujourd’hui on peut stationner devant le magasin de Patrick, ce n’était pas le cas durant la période de requalification du centre. “Les Fuvelains ont perdu le réflexe d’investir le centre, alors on a conservé la clientèle pédestre mais pas celle véhiculée”. Sans compter qu’“avec les nouveaux sens de circulation, les habitants ne passent plus forcément devant le tabac le matin… et on sait tous que ce n’est pas le soir qu’on achète son paquet de cigarettes”. Alors, avec tout ça, “la plupart d’entre nous avons perdu 50 % de notre chiffre d’affaires”.

De tous ceux interrogés, seule Josiane, Fuvelaine depuis toujours, semble véritablement apprécier “les trottoirs plus larges et l’ensemble plus sympa”. Et après tout, un c’est toujours mieux que zéro, non ?

Et la fontaine ?

Et pendant ce temps la fontaine de la mairie a attendu l’arrivée de l’eau tout l’été…

Puis quand l’automne fut venu, l’eau vint aussi.

Réunion mairie de Fuveau/Coordination CIQ/CT2 : Tri déchets juin 2018

Compte-rendu de la réunion tripartie du 21 juin 2018 :

Le Contexte:
Début juin 2018,  Sensibilisation au tri, la mairie communique :
“Dans le cadre de sa démarche Agenda 21, la Commune souhaite renforcer le travail de sensibilisation effectué par le Conseil de Territoire du Pays d’Aix-Marseille Métropole (AMP), et mettre en place un partenariat tripartite mairie/CIQ/AMP. Une réunion, le mardi 19 juin 2018 à 18h30, en salle du Conseil Municipal, est proposé à l’ensemble des CIQ de Fuveau, afin d’exposer l’expérimentation « CIQ, relais du conseiller du tri » que le mairie souhaite mettre en place”. Notre commentaire : Les CIQ sont appelés à la rescousse, mais jusque là tout va bien ! 

Puis la réunion est reportée de façon unilatérale par la mairie au 21 juin à 9h du matin, transformant l’invitation en une sorte de convocation tout en mettant un certain nombre de CIQ dans l’impossibilité d’y participer en raison de l’horaire matinal décrété, créant ainsi un début de polémique.
Suite à des invitations lancées tantôt à tous les CIQ, tantôt aux seuls représentants de la coordination, à des invitations devenues une injonction, le CIQ Saint-François décide de renoncer à participer à cette réunion et s’en remet aux représentants de la Coordination des CIQ de Fuveau pour le représenter (s’ils le peuvent). Le CIQ Saint-François ne sera pas le seul à manquer à l’appel.

Dommage c’est la Conseil de Territoire du Pays d’Aix et la mairie , qui sont demandeurs de l’aide des CIQ. Dommage car nous avions beaucoup de choses à dire sur la façon d’intervenir des services du CT2 dans notre secteur, si dans ce monde de brutes quelqu’un souhaite vraiment  établir “une concertation”.

Actuellement, Comment s’y prend-on pour sensibiliser le population de notre quartier ?

22 -24 mai 2018. Pendant trois jours, la Métropole a fait distribuer dans les boites à lettres, par une société sous-traitante, de façon quasi anonyme, des “kits de sensibilisation au tri des déchets” sur Fuveau,  (Le 22 : quartier St-François, la Bégude l’Ouvière), sans faire aucune information en amont, sans prévenir les CIQ, sans prévenir les présidents des associations de copropriétaires. Ces distributeurs de publicité sont pressés de remplir le plus de boites à lettres possible en un minimum de temps.
Pour le coté “Ambassadeur du tri”, c’est pas l’idéal !. Pour la démarche “CIQ, relais du conseiller de tri” ça promet …!
Ces kits sont constitués :
– D’un courrier sur papier glacé énumérant le détail du kit,
– D’un dépliant publicitaire sur papier glacé appelé guide de tri (le même que les fois précédentes) expliquant comment il faut trier,

Sac de Pré-collecte avec les consignes de tri

– D’un grand sac cabas en plastique (recyclé ou pas ?) tressé non biodégradable, appelé sac de pré-collecte vert et jaune,
– D’un bulletin pour passer commande d’un composteur ou lombri-composteur à 10€ (il faut mettre un scotch pour utiliser l’enveloppe incluse, elle n’est pas aux bonnes dimensions) et la réponse est renvoyée dans une enveloppe format A4 ??? pour une feuille simple (procédure administrative avec gaspillage maximum),

– D’une feuille format A4 avec un plan sommaire des 27 points d’apport volontaire existants sur la commune de Fuveau, (rien n‘indique que les documents ont été imprimés sur du papier recyclable),  (Voir le plan)

– D’un autocollant “Stop à la Pub” pour votre boite à lettres, c’est le bouquet ! (consigne que ces distributeurs, les premiers, ne respectent pas, eux mêmes).
Le tout est scellé sous emballage plastique épais non biodégradable.

Dans notre quartier, nous en sommes à la 2ème, ou 3ème distribution du fameux kit, toujours le même. Il est vécu par une majorité des habitants comme un encombrant kit publicitaire supplémentaire qui vient surcharger leur boite à lettres avec un profond sentiment de mauvaise utilisation de l’argent public, au détriment de l’amélioration de la collecte.

Rénovation des points d’apport volontaire, chemin de Saint-François, par la métropole.

Le Conseil de Territoire du Pays d’Aix, service tri des déchets, basé à Rousset (métropole),  a imposé en février 2018, la rénovation des points d’apport volontaire, chemin de Saint-François (pour une raison qu’eux seuls connaissent), alors que ni les habitants ni le CIQ nous ne demandions rien. Quand nous avons été mis au courant, le CIQ a exprimé le souhait que cette rénovation soit réalisée de façon apporter un progrès pour les utilisateurs, les habitants du quartier (containers mieux enterrés pour les personnes âgées, un containers ordures ménagères en plus pour les riverain du chemin Saint-François et de la desserte du champ Campillo (Rien entre l’école maternelle et la RD 96), un container verre moins sonore (toute le quartier en profite, à chaque apport de bouteille en verre ).
Un responsable nous avait expliqué avec un certain agacement, à l’occasion d’une rencontre sur site, en présence de Mme Gaelle Barthélémy (élue déléguée au tri et gestion des déchets), qui ne l’a pas contredit,  qu’il n’était pas prévu de concertation, ni de tenir compte de nos remarques, et que tout était déjà décidé.

Un chantier de prés de trois mois a abouti au remplacement des trois containers de tri, presque de plain-pied, par trois autres nouveaux, à différents niveaux.
Résultat : Ce n’est pas un progrès et pourtant ce sont nos impôts locaux qui sont ainsi mal utilisés. Les habitants sont mécontents. il va falloir s’attendre à une recrudescence des incivilités aux abords des containers. (Lire l’article complet)

Nouvelle configuration

Avant : Tout était quasiment de plain-pied, pourtant les personnes âgées se plaignaient déjà que les ouvertures étaient trop hautes !

 

 

 

 

 

 

Incivilités face au Chemin Lou ben dou sauda  : A gauche de la route en montant, côté CIQ Saint-François.
“Y en a qui z’ont pas tout bien compris ! “

 

Il semblerait qu’un gros potentiel de progrès soit possible tant du point de vue des habitants que de celui des intences concernées.

Débroussaillement Secteur La Bégude, L’Ouvière, Domaine St-François, …

20 mai 2020, dépôt sauvage de déchets verts en bordure de la pinède récemment débroussaillée

Les incivilités n’ont pas tardé à faire leur réapparition,
d’autant plus affligeantes qu’elles sont le fait de voisins de la Bégude

10 avril 2020 : Le chantier touche à sa fin

Adieu asperges sauvages, champignons, violettes, thym, romarin, cade, chèvrefeuille, chênes kermès, argelas, etc… pour quelques années. Le broyage au sol a été assez violent, plutôt de type rouleau compresseur. La terre est labourée, laissant une épaisse couche de poussière en surface.Il faudra du temps pour que quelque chose repousse avec un appauvrissement de la diversité végétale (les espèces les plus résistantes, mais pas forcement les plus intéressantes pour la bio-diversité). En hauteur, Il reste encore beaucoup de branches mortes sur les pins d’Alep au-delà de 2,50 m .
Daprès la responsable du service Forêt, ce n’est pas une taille paysagère, c’est une intervention qui correspond au cahier des charges DFCI , l’objectif de réduire le risque incendie est atteint.

Commentaire CIQ : Si le principe du débroussaillement n’est pas remis en cause, nous observons que ce type de débroussaillement, n’est pas du tout respectueux de la nature, et plus encore de la faune, des oiseaux particulièrement fragiles en cette période de nidification, des insectes qui butinent tout ce qui fleurit au printemps, etc… Après plusieurs retards pris par le chantier au démarrage puis en cours de chantier, la période d’intervention effective, n’était plus appropriée. Ces opérations se déroulent normalement avant fin février.


Reste aux copropriétaires riverains à débroussailler à 50 mètres de leur habitation (O.L.D.)
Quelques arbres sur pieds, après l’éclaircissement du massif, montrent des signes de blessures propices à l’apparition de maladies.

La pinède après débroussaillement

Mercredi 8 avril 2020 : Le Chantier d’abattage et de débroussaillement à repris ce matin de bonne heure (tronçonneuses, broyeur, semi remorque chargé de bois), à priori en respectant des consignes de sécurité et les gestes barrières.
Pour des raisons de sécurité, il est demandé aux riverains d’éviter d’aller se promener dans la forêt pendant les heures de travail des ouvrier forestiers. 
Soyez particulièrement prudent avec les allés et venus des semi-remorques chargés de bois qui traversent les Résidences de la Bégude et remontent vers la RD 96 en passant par la partie étroite du Chemin de Saint-François.
Le chantier durera jusqu’à la fin de la semaine, Lundi 13 avril au plus tard.
Bonne Nouvelle : Des tas de bois recoupés en 1 mètre, seront laissés sur place à la disposition des riverains intéressés, qui pourrons venir les chercher une fois le chantier fini.  
Informations communiquées par la responsable du Service Forêt – Territoire du Pays d’Aix – Métropole Aix Marseille Provence : Carine CARTIER

19 mars 2020, chantier à l’arrêt pour cause de confinement

Lundi 16 Mars 2020 : Le débroussaillement et surtout l’abattage des pins a commencé, avec un mois et demi de retard par rapport à la date qui nous avait été indiquée au départ. Trois forestiers munis de tronçonneuses ont démarré les coupes et cette déforestation partielle. Personne n’a été prévenu, les jours précédents, ni par la Mairie, ni par la Métropole, ni par l’entreprise du démarrage du chantier ce lundi matin.
Les premiers photos, ci dessous, au bout d’une journée et demi de travail.

(Cliquer dessus pour voir les photos en grand format)

17 février 2020 : Nous avons constaté que de nombreux pins ont été marqués en vue d’être abattus. Le débroussaillement lui, n’a toujours pas commencé.

10 février 2020 : Sœur Anne , ma sœur Anne, ne vois- tu rien venir ?
– Pour l’instant, n’a vu “dégun” !

Le site Internet Mairie, lui-même, ne semble pas au courant et indique toujours un démarrage pour le 27 janvier .

Démarrage du chantier de débroussaillement reporté au lundi 3 février

Informations Métropole : L’entreprise qui a effectué les DICT au mois de décembre, n’avait toujours pas de retour de 2 des gestionnaires de réseaux malgré plusieurs relances. En conséquence, le chantier démarrera lundi 3 février par la partie située entre les lotissements pour la terminer (dans la mesure du possible) avant les vacances scolaires.

 Démarrage de l’Intervention Lundi 27 Janvier 2020

15 janvier 2020 : Après un délai administratif (détermination de la zone à traiter, évaluation du travail à effectuer, financement, passage des marchés publics, planning de réalisation) de mise en place de l’opération (la demande originelle remonte à 2017), le “Service Forêt” de la Métropole (CT2), nous informe qu’il a prévu un débroussaillement plus large (que celui demandé initialement) sur deux zones distinctes (Entretien interface DFCI L’Ouvière). Il interviendra dans les jours qui viennent. Il nous est demandé de prévenir et d’informer les habitants du quartier sur son déroulement :

Les parcelles BI 0115 et BI 0094 (derrière les lotissements en redescendant vers les services techniques), parcelles sur lesquelles, on dénombre des arbres malades ou penchés qui peuvent être cause d’accidents et des zones trop denses, verrons en plus du débroussaillement et de l’élagage, une partie des arbres marqués pour l’abattage afin de répondre à l’objectif de mise en sécurité (mode exploitation forestière).

Les parcelles CL 0036, CL 0058, CL 0059 et CL 0060 (de l’autre côté de la RD 96), parcelles qui ne nécessitent qu’un débroussaillement et élagage, sans abattage d’arbres et qui se trouvent sur le secteur du CIQ Fuveau Ouest.

Les zones proches des habitations (50 mètres autour) ne seront pas traitées, car elles restent sous la responsabilité des propriétaires des constructions qui sont soumis aux O.L.D. (Obligations Légales de Débroussaillement). Le versant en surplomb sur la RD 96 sera traité en observant un retrait de 15 mètres par rapport à la route (le bord de route sur une profondeur de 15 mètres incombant au département).

Le chantier est confié à une entreprise privée qualifiée, l’entreprise Macagno de Pertuis, spécialisés dans ce type d’intervention, sous la direction d’un maître d’œuvre forestier que nous avons rencontré. Le chantier débutera le lundi 27 janvier prochain, et durera 3 semaines environ (plus en cas d’intempéries), avec les horaires suivants de 8 heures à 17 heures et une équipe d’environ 6 forestiers.

La première opération consiste au martelage, à savoir indiquer, par marquage à la peinture, les arbres à abattre. Une des priorités exprimées sera de préserver les chênes existants et de favoriser leur développement, chaque fois que possible.

Deux aires de stockage pour le bois abattu sont prévues sur la parcelle BI 0115
– Le terre-plein au bout de l’allée de la Forêt pour la Bégude, à côté des containers O.M.
– En haut de l’allée des Cigales pour l’Ouvière ( Un espace a été délimité avec de la rubalise et affichage posé pour interdiction provisoire de stationner pendant le chantier) .
Ensuite les grumes seront récupérées par la Métropole et revendues à la tonne, pour permettre de contribuer au financement de ce type d’opération.

Zones pentues en surplomb sur la RD 96 et/ou vers les Services Techniques

Pour répondre au questionnement de certains riverains qui demandaient s’il était envisageable de prévoir des troncs en travers, calés avec des pieux par exemple, pour éviter qu’après l’intervention ne se produise un ravinement excessif dans les pentes, lors de possibles épisodes pluvieux violents, il nous est fait la réponse suivante :
– Il n’est pas prévu de faire des fascines dans les pentes.
– Par contre, il faut noter que ce n’est pas une coupe et un débroussaillement à blanc. Des arbres sont laissés (environ 1 tous les 5 m) et 30 % de la végétation arbustive.
– Dans les zones de pentes, pour limiter l’érosion, la densité de végétation arbustive maintenue est plus importante pour que le système racinaire restant permette justement de limiter l’érosion.

Les résidus seront broyés et majoritairement évacués. Quelques restes de bois pourront être glané par les riverains une fois le chantier terminé.

Des nuisances sonores et autres pendant le temps du chantier ne pourront être évitées (bruit des tronçonneuses, élagueuses, des broyeurs et passage de gros engins et camions jusqu’à 20 tonnes à l’intérieurs des copropriétés).

Les accès au chantier passent à l’intérieur des lotissements et sont :
– Pour les Résidences de la Bégude : par l’allée de la Forêt.
– Pour l’Ouvière : au bout de l’allée des Fauvettes et en haut de l’allée des Cigales (Transformateur).

Un état des lieux avant travaux devrait être fait par l’entreprise intervenant (mais ce n’est pas une obligation) et non par les Services Techniques de la Commune (état des bordures de trottoir, état de la chaussée existante), les lotissements étant privés.

Les copropriétaires situés sur le parcours des engins sont invités à rester vigilants pendant la durée du chantier ( la plupart du temps ce sont des fausses manœuvres des camions qui causent des dégâts) :
– A prévenir le président de l’ASL du lotissement et/ou le CIQ en cas de dégâts constatés sur la voirie.
– A faire une déclaration de sinistre auprès de leur assurance en cas des dégâts constatés sur leur cloture.

Par souci de sécurité, il est impératif de respecter
« L’INTERDICTION DE PÉNÉTRER SUR LE CHANTIER »

Réunion sur site le 15 janvier 2020, avant chantier

Une réunion sur site le 15 Janvier, à l’initiative de Mme Vic Massol, avec les deux CIQ concernés, des responsables Mairie (DGS, Services Techniques, Élu), responsable Service Forêt Métropole, Maître d’oeuvre chantier, ont permis de collecter ces informations et de le communiquer aux habitants du secteur.
Remerciements à :
Denis Zieglé (Président CIQ Fuveau Ouest) pour sa participation à la rédaction de cet article.
– Laurence Vic Massol (DGS Mairie) pour le suivi d du dossier

Les principaux intervenants sur l’opération

Responsable Métropole : Carine CARTIER
Adresse Postale :  Métropole Aix Marseille Provence – Territoire du Pays d’Aix – Service Forêt –  Hotel de Boades – CS 40868 – 13626 AIX EN PROVENCE cedex 1
Tel : 04 42 91 55 88

Maître d’œuvre du chantier : Samuel PILOTTO
Technicien Forestier Supérieur
Sociéte ALCINA 12 avenue de la gare La grande bégude 13770 Venelles. Tel : 04 42 23 16 49
Site: www.alcina.fr

Entreprise intervenant sur le chantier :
Société MACAGNO, VESSE – 84120 PERTUIS. Tel : 04 42 58 24 99
L’entreprise Macagno est une société familiale crée en 1987. Spécialisée dans les travaux forestiers, ses principales activités sont : abattage, débroussaillage, broyage, rti, élagage, mais aussi vente de plaquettes forestières et bois de chauffage

Historique de l’obtention
de cette opération de débroussaillement

1er décembre 2019 : Nous apprenons par la Direction Générale des Services de Fuveau que l’intervention est une nouvelle fois reportée. Maintenant le débroussaillement serait prévu pour janvier 2020 et effectué par l’entreprise Macagno de Pertuis : l’ Arlesienne ?   

27 septembre 2019 : Nous avons relancé la commune sur cette opération.
Le 30 septembre, Il nous est répondu que pour le service Forêt de la Métropole, c’est imminent, que le marché public a été passé et notifié, que le feu vert devrait être donné pour le lancer l’opération vers le 15 octobre et que nous serons tenus au courant dés qu’une date précise sera fixée pour l’intervention de l’entreprise retenu par le Service Forêt de la Métropole.
Début novembre, pour l’instant, nous attendons toujours. 

12 juin 2019 : Nous apprenons via la Directrice Générale des Services mairie que dans le cadre des opérations de “Défense de la Forêt Contre l’Incendie” (DFCI), le Service Forêt de la Métropole (CT2) vient de confirmer la programmation du chantier de débroussaillement :
Le Quartier de l’Ouvière  – voir périmètre plan ci-dessus – date prévue : au second semestre 2019 – surface traitée :  6.9 ha
Le périmètre concerné se divise en deux partie dont l’une de l’autre coté de la RN 96 sur le secteur du CIQ Fuveau Ouest.

Cette opération est considérée comme stratégiques par le Service Départemental d’Incendie et de Secours car elle est destinée à protéger les habitants de ces quartiers et la forêt environnante mais aussi à faciliter l’action des  pompiers en diminuant le risque incendie (mais pas avant l’automne).
Réserve : Toutefois cette intervention ne se fera que si  la Métropole obtient  l’autorisation des propriétaires  concernés.
Commentaire CIQ : En attendant nous incitons les propriétaires mitoyens de ce massif à rester vigilant tout l’été.

Autre massif concerné par l’opération

 Un autre secteur de la Commune est également concerné par ce programme de débroussaillement : Le Quartier des Bosques – périmètre ci-joint – au second semestre 2019 et premier semestre 2020 : 14.3 ha

Février 2019 : Suite à la promesse faite par les services de la Métropole en mars 2018 à la commune de Fuveau, pour un débroussaillement programmé sur la parcelle privée BI 115 d’un propriétaire défaillant depuis des années (en photo ci-dessous) en 2019, le CIQ a de nouveau interrogé la mairie de Fuveau en février 2019 pour demander des informations sur le suivi de cette promesse.

Dés le lendemain nous avons eu connaissance de la réponse du “Service Forêt” de la Métropole (CT2) via la Directrice Générale des Services de la Mairie :
Services de la Métropole : ” Je vous informe que le chantier d’entretien lieu-dit de l’Ouvière est programmé pour l’automne 2019. En effet, d’autres chantiers qui ont fait l’objet de demande de subvention seront réalisés avant l’été pour respecter les délais impartis.”

Les riverains de cette pinède ne sont qu’à demi satisfait par cette information, qui  leur imposera de vivre un été de plus avec un risque incendie élevé, à proximité.

Parcelles BI 94 & BI 115 avec l’Ouvière à l’ouest, La Bégude au nord-est, le domaine
St-François au nord, le Grand Vallat à l’est, les services techniques au sud-est.

Présentation de la situation précédente

Derrière Les “Résidences de la Bégude”, le lotissement “L’Ouvière”, le “Domaine Saint-François”, existe en pinède classée en zone naturelle protégée, constituée de deux parcelles BI 94 (communale) et BI 115 (Privée), source de risque incendie.

Une première parcelle, en forme de triangle, qui part du lotissement L’Ouvière, longe les Résidences de la Bégude par l’allée de la forêt, pour rejoindre en contre-bas le Domaine Saint-François, sur toute la longueur du petit Vallat, et qui appartient à la Commune.

Pinède hautement inflammable entre l’Ouvière, la Bégude et le Domaine St-François

Parcelle communale : Elle n’avait fait l’objet d’aucun débroussaillement depuis de nombreuses années. (Références cadastrales BI 94). Suite à une demande du CIQ en décembre 2017, qui allait dans le même sens que les instructions données aux communes par le préfet, nous sommes informés par la mairie en janvier 2018, que cette parcelle sera prise en compte dans le programme de débroussaillement communal annuel.


Fin février 2018 : Ce coin de pinède est effectivement débroussaillé, par un groupe des personnes en réinsertion à l’emploi, sous la houlette des services techniques. Les habitants des lotissements riverains sont rassurés pour un temps. Le centre aéré du groupe scolaire de l’Ouvière qui y mène régulièrement nos enfants, retrouvera un beau terrain de jeux au printemps, pour ses activités, une fois le “Pré de l’Ouvière” irrémédiablement perdu. Débroussaillement parcelle BI 94, La Commune a tenu parole et nous l’en remercions.

Décembre 2017, parcelle privée (BI 115) :
Les copropriétaires de l’Ouvière n’étant pas en mesure de financer en totalité, le débroussaillement de cette deuxième parcelle (voir article ci-dessous), qui d’ailleurs ne leur incombe pas, le CIQ demande en décembre 2017, à Mme le Maire, s’il est possible d’obtenir une intervention de débroussaillement, sur cette partie de la pinède.

En fait notre demande tombait à pic, car il nous est répondu peu aprés par la directrice générale des services : ” Mme le Maire a écrit le 7/12/2017 au Vice-président délégué à la forêt de la MÉTROPOLE pour lui demander un « entretien » suite au travail de fond réalisé au titre du PIDAF 2013/2014 opération de défense de la Forêt Contre l’Incendie.”

Depuis nous sommes dans l’attente, sachant d’avance que ce sera long, même si les instructions préfectorales vont dans le même sens.

Aux dernières nouvelles (Sources Direction Générale des Services mairie ), les services de la métropole sont venus sur place et ont constaté la nécessité d’un entretien. Le budget pour 2018 n’étant pas suffisant, l’intervention est  notée pour 2019.
Voir le “Courrier Métropole de confirmation”, qui nous est communiqué le 14 mars 2018.
Nous remercions Mme le Maire pour son intervention et Mme Laurence Vic Massol (DGS) pour le suivi de dossier.

Printemps 2017, débroussaillement contre le risque incendie,
les Copropriétaires de L’Ouvière montrent l’exemple !

Débroussaillement à 50 mètres des maisons en bordure de pinède.

Deuxième parcelle (privée) : Conformément à la réglementation en vigueur (O.L.D.), après enquête, face à une pinède à l’abandon depuis des années, face à  un propriétaire foncier défaillant (en liquidation judiciaire, chez un liquidateur à Marseille qui lui-même a disparu), les copropriétaires du « Lotissement  L’Ouvière » ont du prendre leurs responsabilités au début de l’été 2017.
L’ A.SL. a mandaté, aux frais des copropriétaires, une entreprise de débroussaillage avec pour mission de nettoyer la pinède et le maquis de broussailles jusqu’ à 50 mètres des habitations, sur toute la longueur du lotissement. (Références Cadastrales: Parcelle BI 115)

Débroussaillement en contre-bas de l’Ouvière jusqu’aux abords de la RD 96.

Mai 2017, débroussaillement jusqu’aux abords de la RD96 :
Le débroussaillement s’est étendu jusqu’en bordure de la RD96 sur une longueur d’environs 200 mètres, une zone particulièrement à risque, qui n’appartient pas, d’après le cadastre à cette copropriété.
Le lotissement L’Ouvière comprend une douzaine de villas mitoyennes de cette grande parcelle de pinède et de maquis actuellement classée en zone NP (naturelle protégée).

Pinède nettoyée par les copropriétaires
du lotissement de l’Ouvière

Juin 2017, se protéger protège aussi les autres !
Indirectement cette démarche aura protégé aussi d’un risque potentiel des habitations des Résidences de la Bégude, ainsi que des bâtiments des services techniques et des villas en contre-bas sur l’autre versant.

Pour tous les Fuvelains, habitants du quartier, il est impératif que cette pinède classée sur le PLU en zone naturelle protégée,
le reste éternellement
et surtout qu’elle ne tombe jamais aux mains des promoteurs.
C’est notre poumons vert à nous !
Parcelles BI 94 & BI 115 avec les lotissement de l’Ouvière à l’ouest, de La Bégude au nord-est, du domaine St-François au nord, du Grand Vallat à l’est
et les Services techniques de la Commune au sud-est.

Précédent intervention en 2013

Regard du tout à l’égout endommagé par un débroussaillage aveugle